A LA UNE

Les rebelles du M23 prêts à se retirer des zones occupées de l’est de la RDC

Les rebelles du M23 prêts à se retirer des zones occupées de l’est de la RDC

Le groupe rebelle congolais M23 est prêt à se retirer du territoire occupé dans l’est du pays et soutiendra les efforts régionaux de rétablissement de la paix bien qu’il ne soit pas représenté dans les pourparlers, a-t-il déclaré le 6 décembre dans un communiqué.

La milice dirigée par des Tutsi a organisé plusieurs infractions dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) cette année, gagnant du terrain dans ce vaste pays riche en minerais malgré le recul des forces congolaises.

Chaque partie a accusé l’autre d’avoir fomenté des attentats. Le Congo a accusé le 5 décembre le M23 d’avoir massacré 272 civils la semaine dernière, ce qu’il a nié.

Les combats ont déraciné des milliers de civils et suscité des tensions diplomatiques avec le Rwanda voisin, que des experts congolais et onusiens accusent de soutenir le M23. Le Rwanda le nie.

L’insurrection du M23 découle des longues retombées du génocide de 1994 au Rwanda. Le groupe a été formé en 2012 et prétend défendre les intérêts des Tutsis congolais, l’ethnie visée par le génocide et à laquelle appartient le président rwandais Paul Kagame, contre les milices hutues.

Les rebelles ont fait leur premier grand retour en mars de cette année depuis qu’ils ont été repoussés en 2013.

La RDC et le Rwanda ont tous deux pris part à des pourparlers médiatisés par d’autres dirigeants africains pour tenter de résoudre le conflit renaissant. Des cessez-le-feu ont été convenus et une force régionale a été annoncée en avril pour combattre les milices, mais le conflit se poursuit.

Le M23 avait précédemment déclaré qu’il ne pouvait pas coopérer avec les mesures convenues lors de pourparlers dont il était exclu.

Mais dans un communiqué datant de 6 décembre, le porte-parole du M23, Lawrence Kanyuka, a déclaré que les rebelles étaient “prêts à commencer le désengagement et à se retirer” du territoire occupé, même s’ils ne faisaient pas partie d’un sommet au cours duquel cette recommandation a été faite.

Le groupe a demandé une réunion avec la force régionale pour discuter des modalités et a renouvelé sa demande de rencontre avec le médiateur et facilitateur, l’ex-président kenyan Uhuru Kenyatta, qui a facilité les pourparlers avec d’autres groupes armés et des dirigeants de la société civile à Nairobi cette semaine.

Il a également confirmé son attachement à un cessez-le-feu précédemment convenu.

Le M23 réitère sa disponibilité au dialogue direct avec le gouvernement de la RDC afin de trouver une solution durable aux causes profondes du conflit“, a déclaré Lawrence Kanyuka.

Publié le 6 décembre 2022 à 13 h 52 min par Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.