A LA UNE

Le Burundi n’autorisera pas l’importation de produits OGM

Le Burundi n’autorisera pas l’importation de produits OGM

Le gouvernement burundais a indiqué qu’il n’autoriserait pas l’importation d’organismes génétiquement modifiés (OGM) dans le pays malgré l’ouverture de certains États membres de la Communauté de l’Afrique de l’Est à ces produits.

« Les OGM ne sont pas autorisés au Burundi, pas même leur importation ; ils sont totalement interdits. Ce ne sont que les hybrides et même [pour] les hybrides, il faut obtenir une autorisation d’importation », a déclaré le directeur général de la mobilisation pour l’auto-développement et la vulgarisation agricole Clément Ndikumasabo à The EastAfrican.

Cela survient alors que le Kenya a pour la première fois autorisé l’importation de maïs génétiquement modifié pour faire face à la crise alimentaire dans le pays où des millions de personnes seraient menacées de famine. 

Aucune justification solide

« Pourtant, il n’y a aucune justification valable à cela car la région a la capacité et les capacités de produire des produits sans OGM. Notre message est clair : nous devons encourager et promouvoir les produits biologiques par opposition aux OGM », a déclaré John Bosco Kalisa, PDG de l’East African Business Council.

La loi burundaise interdisant l’importation de produits génétiquement modifiés, les experts ont averti que le manque d’équipements appropriés pourrait entraîner l’importation d’OGM dans le pays.

Willy Irakoze, directeur de recherche à l’Institut burundais des sciences agronomiques (ISABU), a dénoncé l’absence d’équipements capables de détecter l’entrée d’OGM dans le pays, appelant à de meilleurs moyens de protéger la vie des Burundais et l’environnement.

 « L’OGM n’est pas éligible au Burundi mais ce qui est inquiétant c’est qu’à la frontière ou à l’aéroport, nous n’avons pas de matériel et de personnel capable de détecter si c’est l’OGM qui entre ou non. Donc, il est difficile de dire qu’il n’y a pas d’OGM au Burundi », a-t-il déclaré.

Selon le gouvernement burundais, un lot de 120 tonnes de semences de maïs PAN 53 a été reçu à la frontière de Kobero dans la province de Muyinga en provenance de Zambie tandis que six cents autres tonnes sont en route.

Maïs hybride

Willy Irakoze a admis que le maïs hybride est plus rentable en termes de production que le maïs composite et que le maïs hybride certifié peut contribuer à changer la vie des agriculteurs “car ils sont trois à quatre fois plus rentables en termes de production que le maïs composite“.

Le Burundi importe actuellement les semences de maïs PAN 53 tandis que certaines entreprises locales produisent les semences Longe 7 H, le type de maïs certifié au Burundi qui répond aux mêmes caractéristiques que le PAN 53 en termes de production. Selon les agriculteurs, le PAN 53 et le Longe 7H ne sont pas des OGM.

Comme mentionné précédemment, ce sont des hybrides, ce qui signifie qu’ils ont été sélectionnés parce qu’ils présentent des caractéristiques souhaitables, telles que la résistance aux maladies“, a déclaré Willy Irakoze.

OGM signifie qu’avant de le croiser, on importe le gène d’un organisme (une autre espèce) autre que le maïs ou simplement on importe le gène d’un animal et on l’injecte dans le maïs“, a-t-il expliqué.

Il est urgent que le gouvernement renforce les institutions qui contrôlent la quarantaine, afin que les aliments importés soient soumis à des analyses dans des laboratoires bien équipés mais aussi avec du personnel qui dispose également des moyens nécessaires et des capacités requises“, a-t-il ajouté.

Selon l’ISABU, le Burundi devrait investir dans la création de laboratoires et le renforcement des capacités du département de la protection des végétaux et du Bureau burundais des normes.

« Tout d’abord, il faut s’assurer que la biosécurité a été bien maîtrisée, cela veut dire qu’après avoir injecté un OGM d’un autre organisme dans une plante comme le maïs, cela peut provoquer des métabolites très nocifs pour la santé humaine. Ces métabolites produits doivent être contrôlés avant de les libérer pour être sûr à 100% qu’il n’y a pas d’impact négatif sur la santé humaine ou l’environnement », a déclaré le directeur de recherche de l’ISABU. Le Burundi dit qu’il n’autorisera pas l’importation de produits OGM.

Publié le 28 novembre 2022 à 8 h 50 min par Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.