A LA UNE

Une ville congolaise transforme son problème de plastique en profit

Une ville congolaise transforme son problème de plastique en profit

À Bukavu, dans l’est de la République démocratique du Congo, les milliers de bouteilles en plastique jetées dans la rivière Ruzizi obstruent régulièrement les turbines de la centrale hydroélectrique, l’arrêtant pendant des mois d’affilée et plongeant la ville dans l’obscurité.

Mais pour Elie Mapenzi Matabaro, le problème plastique de la ville est un atout, lui permettant à la fois de gagner de l’argent et de créer des emplois pour les jeunes.

Il y a sept ans, son entreprise, FDA Group, a commencé à transformer les bouteilles et autres déchets de la ville en dalles de pavage résistantes et bon marché qui ornent les allées et les parvis de la ville.

Il n’y avait pas de système de protection de l’environnement. Nous avons lancé notre entreprise pour aider à résoudre le problème des déchets“, a déclaré Elie Mapenzi.

Le maire de la ville, Meschac Bilubi Ulengabo, a déclaré que Bukavu n’avait pas de décharge appropriée pour ses 1,6 million d’habitants, une situation qui est loin d’être unique en Afrique.

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement estime que 70 à 80 % des déchets solides municipaux générés sur le continent sont recyclables, mais seulement 4 % sont recyclés.

Chaque jour, les éboueurs de Mapenzi déposent des montagnes de plastique à l’usine, où il est fondu et gratté dans des moules métalliques hexagonaux.

Une fois que le plastique a refroidi, il est prélevé, empilé et vendu aux clients.

Une place importante pour les entreprises privées

À la centrale hydroélectrique, des hommes équipés d’un équipement de plongée plongent pour nettoyer les entrées de la turbine des déchets, tandis que d’autres dans des bateaux ramassent les déchets flottant à la surface.

Cet amoncellement de déchets a bloqué l’une des turbines au cours des deux derniers mois et demi, entraînant des interruptions de l’alimentation électrique dans toute la ville, a déclaré Lievin Chizungu de la Société nationale d’électricité, qui gère la centrale.

Malheureusement, il n’y a pas de dépotoirs et les gens jettent leurs déchets dans les caniveaux et ils se sont simplement échoués ici au barrage“, a déclaré Lievin Chizungu.

Elie Mapenzi a conclu un accord avec l’exploitant de l’usine pour enlever les plastiques.

Ce sont les entreprises qui nous aident à transformer un problème environnemental en une ressource économique“, a-t-il déclaré.

Publié le 24 août 2022 à 7 h 46 min par Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.