A LA UNE

En RDC, une religieuse construit une centrale électrique pour faire face aux nombreuses coupures d’électricité de sa ville

En RDC, une religieuse construit une centrale électrique pour faire face aux nombreuses coupures d’électricité de sa ville

Sœur Alphonsine Ciza passe la majeure partie de sa journée à la tête de la micro-centrale hydroélectrique qu’elle a construite pour surmonter les coupures d’électricité quotidiennes dans sa ville de Miti, dans l’est de la République démocratique du Congo.

La religieuse congolaise, ingénieure électricienne de formation Ala monté sa propre micro-centrale hydroélectrique pour alimenter en électricité son couvent, des écoles et un centre de santé à Miti près de Bukavu dans le Sud-Kivu dans l’est de la République démocratique du Congo.

La sœur Alphonsine Ciza travaille 24 heures sur 24 avec une équipe de religieuses et d’ingénieurs. Sans la centrale, les habitants n’auraient de l’électricité que deux ou trois jours par semaine pendant quelques heures seulement.

La panne d’électricité, une perturbation quotidienne

Les coupures de courant sont une perturbation quotidienne dans le pays de 90 millions d’habitants qui tire la majeure partie de son électricité d’un système hydroélectrique délabré et mal géré.

Le gouvernement a travaillé avec des partenaires étrangers dans le but d’augmenter la capacité du réseau. Les critiques disent que les nouveaux projets se concentrent trop sur l’alimentation des mines et l’exportation d’électricité vers les pays voisins.

Malgré des millions de dollars de financement par des donateurs, seuls 20 % environ de la population ont accès à l’électricité, selon la Banque mondiale.

C’est pourquoi, las de dépendre des bougies et des coûteux générateurs alimentés au carburant, la sœur a commencé à collecter des fonds en 2015 pour construire sa propre centrale hydroélectrique.

Trois ans pour construire une centrale électrique

Plus jeune, Sœur Alphonsine Ciza a acquis des compétences en fixant les pannes électriques autour du couvent, ce qui a convaincu les supérieurs de l’envoyer étudier le génie mécanique.

Il a fallu trois ans pour son couvent pour rassembler les 297 000 $ nécessaires et construire la centrale, qui génère entre 0,05 et 0,1 MW.

Grâce à ses efforts, les élèves de l’école secondaire Maendeleo de Miti peuvent désormais acquérir des compétences informatiques à partir d’écrans plutôt que de livres.

Auparavant, l’électricité ne fonctionnait souvent que la nuit, lorsque les enfants n’étaient plus à l’école“, a déclaré la directrice Mweze Nsimire Gilberte. “Avoir notre propre turbine a été un grand soulagement.”

Publié le 19 avril 2022 à 13 h 22 min par Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.