A LA UNE

Soutenir les rapatriés burundais et leur permettre de construire un avenir plus prospère et stable

Soutenir les rapatriés burundais et leur permettre de construire un avenir plus prospère et stable

De nombreux burundais ont quitté leur pays en 2015 pour n’en revenir que bien plus tard, et face à ce retour qui se révèle bien souvent compliqué, le HCR leur propose un programme favorisant leur retour au pays.

Poussant son précieux vélo le long des chemins de terre fissurés de Tura Hill, devant des plantations de bananes luxuriantes et des huttes en terre, Anicet rayonne de fierté en retraçant l’histoire de sa réintégration au Burundi après avoir été réfugié en Tanzanie.

« Pendant l’instabilité politique de 2015, il y avait une pénurie de nourriture [dans la communauté], alors ma famille et moi avons quitté le Burundi pour chercher quelque chose à manger », explique Anicet. Ignorant la lutte qui les attendait, il a découvert que la vie de réfugié était elle-même une vie de difficultés.

Sans terre à lui, le fermier a vécu pendant trois ans dans des conditions sordides tout en travaillant dans les fermes des autres pour joindre les deux bouts. Au fil du temps, cependant, il a entendu dire que la stabilité pourrait revenir au Burundi.

Finalement, en 2018, la nouvelle d’un environnement plus paisible chez eux a poussé le père de trois enfants et sa femme à migrer une fois de plus – cette fois, en tant que rapatriés dans leur Burundi natal.

« J’étais si heureux de rentrer dans mon pays natal », dit-il, « [même si] le gagne-pain d’un rapatrié n’est pas toujours facile.

Avec le soutien initial de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), la famille a bénéficié d’un programme de retour volontaire assisté et a reçu un transport vers le Burundi et un fonds de démarrage pour se remettre sur pied.

Néanmoins, sans terre ni source de revenus, Anicet, comme des dizaines de milliers d’autres, a dû lutter pour se réintégrer dans la communauté dont il faisait autrefois partie.

Avec un peu d’argent que j’ai obtenu d’un système de microfinance communautaire, j’ai essayé d’ouvrir une entreprise de commerce de poisson, mais cela a échoué“, dit-il. Alors que le temps passait et que les conditions de vie ne s’amélioraient pas, Anicet a recommencé à envisager la vie de réfugié.

Des projets pour amortir l’instabilité et la pauvreté

Les réfugiés qui retournent dans leur pays d’origine sont souvent confrontés à des risques élevés et n’ont pas de revenu stable – un élément clé du processus de réintégration. Le retour dans des communautés où les ressources sont déjà rares peut mettre à rude épreuve la population locale et entraîner des conflits sociaux entre les communautés d’accueil, les rapatriés et les nombreuses personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays qui s’y trouvent.

Les projets à impact rapide (PIR) de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) contribuent à apaiser les tensions dans les provinces de retour de nombreux réfugiés au Burundi.

Les PIR sont conçus pour amortir le double coup de l’instabilité et de la pauvreté, tout en offrant aux bénéficiaires l’espoir d’une vie décente. Ils servent également à réduire le risque de conflit social en offrant des opportunités aux communautés.

300 000 réfugiés burundais actuellement

Alva Fredman Klockar, chef de projet au département de transition de l’OIM, affirme que des liens sociaux plus forts s’ensuivent. “Lorsque les rapatriés, les déplacés internes et les membres de la communauté d’accueil se réunissent pour décider des infrastructures publiques à réhabiliter, cela renforce les liens sociaux entre les différents groupes, leur donne la possibilité de gagner un revenu et contribue au bien commun de la communauté“.

Les dialogues organisés par l’OIM guident le processus de sélection et de mise en œuvre d’un PIR pertinent – en collaboration avec la population locale, les autorités et le partenaire de mise en œuvre de l’OIM – Help a Child.

Anicet était bénéficiaire d’un PIR. Comme des milliers d’autres, il a bénéficié du système Cash for Work qui est l’épine dorsale des projets à impact rapide – essentiellement, de l’argent en échange de travail.

Avec les fonds gagnés par l’OIM, il a décidé de rester au Burundi plutôt que de migrer à nouveau. Il a utilisé l’argent pour investir dans le bétail, puis a relancé son entreprise de commerce de poisson.

Le HCR estime qu’il y a environ 300 000 réfugiés burundais vivant toujours à l’étranger, dont beaucoup sont en train de rentrer chez eux. Rien qu’en 2021, plus de 60 000 sont rentrés, poussés par un climat de plus en plus stable depuis les élections présidentielles burundaises de 2020.

 

Publié le 2 février 2022 à 15 h 26 min par Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.