A LA UNE

Rwanda, Ghana, Gabon : la Grèce cherche à se rapprocher de l’Afrique

Rwanda, Ghana, Gabon : la Grèce cherche à se rapprocher de l’Afrique

Dans une démarche visant à contrer la présence diplomatique croissante de la Turquie, la Grèce souhaite nouer des relations plus étroites avec les pays africains, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Nikos Dendias en commençant par le Ghana et le Gabon, après le Rwanda.

Ils seront membres non permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies pendant la période 2022-2023 et il y a été envoyé par le gouvernement de la Nouvelle Démocratie à la demande de la France, qui a des liens avec l’Afrique et est devenue un allié militaire de la Grèce.

Le Ghana et le Gabon, que Nikos Dendias visitera le 26 novembre, sont la prochaine étape de sa tournée africaine, après le Rwanda, où il rencontrera la ministre des Affaires étrangères Shirley Ayorkor Botchwey et visitera une école grecque et l’église Saint-Nicolas près de la capitale, Accra. Au Gabon, il rencontrera le ministre des Affaires étrangères Pacôme Moubelet-Boubeya.

Des sources diplomatiques non nommées ont déclaré au journal que le Ghana et le Gabon étaient des choix importants car la Grèce est candidate au Conseil de sécurité de l’ONU en tant que membre non permanent en 2025-2026.

Le conseil ne compte que cinq membres permanents : la Chine, la France, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis et est chargé d’essayer de maintenir la sécurité internationale, mais a largement échoué à le faire.

Au cours des six derniers mois, Nikos Dendias a rencontré ses homologues de 11 des 15 membres du Conseil de sécurité pour la période 2022-2025.

Dans ce qu’on a appelé la diplomatie vaccinale pendant la pandémie de COVID-19, la Grèce fera un don de 150 000 vaccins au Ghana et 200 000 au Gabon.

Publié le 26 novembre 2021 à 16 h 00 min par Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.