A LA UNE

Inondations au Burundi : la terrible montée des eaux du lac Tanganyika

Inondations au Burundi : la terrible montée des eaux du lac Tanganyika

Les catastrophes naturelles ont forcé plus de 100 000 personnes à fuir leur foyer au Burundi ces dernières années, selon l’association caritative Save the Children.

La plupart d’entre eux vivaient sur les rives du lac Tanganyika où le niveau des eaux avait monté à cause de violentes tempêtes, provoquant des inondations et des glissements de terrain.

Les gens ont décrit s’être réveillés la nuit pour trouver leurs maisons et leurs fermes englouties par le lac, le deuxième plus profond du monde.

Save the Children a déclaré qu’il s’agissait de la “crise oubliée”.

Le lac Tanganyika traverse le Burundi et plusieurs autres États africains.

C’est le plus long lac d’eau douce au monde. Ses niveaux d’eau ont atteint 776,4 mètres au-dessus du niveau de la mer en avril, contre une moyenne normale de 772,7 mètres.

De nombreux facteurs contribuent aux inondations, mais le réchauffement de l’atmosphère causé par le changement climatique rend les précipitations extrêmes plus probables.

Le monde s’est déjà réchauffé d’environ 1,2 °C depuis le début de l’ère industrielle et les températures continueront d’augmenter à moins que les gouvernements du monde entier ne réduisent considérablement les émissions.

Des camps composés d’une majorité d’enfants

Une jeune fille de 17 ans a déclaré à Save the Children qu’elle et sa famille avaient perdu leur maison lorsque le lac Tanganyika a débordé l’année dernière.

C’était pendant la nuit… je dormais et je me suis réveillé et il y avait de l’eau dans la maison. La maison a été détruite peu de temps après que nous l’ayons quittée“, a-t-elle déclaré.

Près de 85% des 122 500 personnes vivant dans des camps au Burundi ont été déplacées par des catastrophes naturelles plutôt que par des conflits, a déclaré l’association.

Les enfants font les frais de la crise, avec environ 7 200 bébés de moins d’un an vivant dans des camps, a-t-elle ajouté.

« Dans le camp de Gatumba, qui abrite 3 000 personnes déplacées par les inondations, plus de 80 % des résidents sont des enfants. La plupart ne sont pas scolarisés et beaucoup ne mangent qu’un repas par jour », a déclaré Save the Children.

Une mère de trois enfants de 47 ans a déclaré qu’elle craignait que ses enfants ne meurent de faim : « J’étais agricultrice avant les inondations, mais maintenant ma maison est sous l’eau.

“Cette fois, le déluge a tout envahi et la vie n’est jamais revenue à la normale.”

Publié le 22 septembre 2021 à 10 h 56 min par Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.