A LA UNE

La République centrafricaine inculpe un Français pour espionnage

La République centrafricaine inculpe un Français pour espionnage

Les autorités centrafricaines (RCA) ont inculpé un ressortissant français pour espionnage et complot, près d’un mois après son arrestation.

Juan Rémy Quignolot a été arrêté le 10 mai après que la police a déclaré avoir trouvé des armes, des treillis militaires et des billets de banque étrangers au sein sa résidence dans la capitale du pays, Bangui. Les autorités l’ont accusé d’avoir aidé et entraîné des combattants rebelles dans ce pays ravagé par le conflit depuis 2013.

Le procureur général de la RCA, Eric Didier Tambo, a déclaré que Juan Rémy Quignolot avait été inculpé d’espionnage, de possession illégale d’armes militaires et de chasse, d’association de malfaiteurs, d’atteinte à la sécurité de l’État national et de complot.

Il n’a fait référence à aucun pays ou organisation pour lequel Juan Rémy Quignolot aurait travaillé, mais a déclaré que tout procès aurait lieu dans les six mois.

« En cas d’atteinte à la sécurité intérieure, vous parlez de travail forcé à vie », a-t-il déclaré, faisant référence à la sanction potentielle.

Juan Rémy Quignolot, 55 ans, a nié les accusations. L’ambassade de France à Bangui et le ministère français des Affaires étrangères n’ont fait aucun commentaire dans l’immédiat.

La Russie pointée du doigt

L’annonce des charges est intervenue deux jours après que la France a suspendu l’aide et le soutien militaire à la RCA en raison de ce qu’elle a qualifié d’échec du gouvernement à arrêter les « campagnes de désinformation massives » qui ont ciblé ses responsables – une déclaration pointant du doigt la Russie, avec laquelle la France a été en compétition pour l’influence dans le pays.

Le gouvernement français avait auparavant fourni aux autorités de Bangui un soutien budgétaire de 10 millions d’euros. Il maintient également une force de près de 300 militaires en RCA.

Des photos circulant sur les réseaux sociaux le jour de l’arrestation de Juan Rémy Quignolot le montraient les mains liées derrière le dos, assis sur quelques marches devant un arsenal d’armes, de munitions et de vêtements militaires.

Deux jours plus tard, la France a condamné l’arrestation et les images les qualifiant de « manipulation manifeste ».

L’arrestation de Quignolot a notamment été relayée sur Twitter par Valery Zakharov, un Russe proche conseiller du président centrafricain Faustin-Archange Touadéra.

La Russie a intensifié son soutien militaire en RCA, en envoyant des centaines d’instructeurs militaires pour armer et former les troupes gouvernementales afin de repousser la myriade de mouvements rebelles du pays.

 

Publié le 15 juin 2021 à 14 h 10 min par Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.