A LA UNE

Plus de 200 000 personnes fuient le conflit « apocalyptique » en République centrafricaine

Plus de 200 000 personnes fuient le conflit « apocalyptique » en République centrafricaine

Plus de 200 000 personnes ont fui les combats en République centrafricaine (RCA) depuis que les violences ont éclaté à la suite du résultat des élections de décembre, a déclaré l’agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), avec près de la moitié de passage en République démocratique du Congo.

L’armée de la RCA, soutenue par les troupes des Nations Unies, russes et rwandaises, a combattu les rebelles qui cherchaient à renverser le vote du 27 décembre dans lequel le président Faustin-Archange Touadera a été déclaré vainqueur.

« Des réfugiés ont déclaré à l’UNHCR qu’ils s’étaient enfuis dans la panique lorsqu’ils avaient entendu des coups de feu, laissant leurs affaires derrière eux », a déclaré le porte-parole Boris Cheshirkov auprès de journalistes à Genève.

La nation de près de cinq millions d’habitants, plus grande que la France métropolitaine, la Belgique et le Luxembourg réunis et riche en diamants, en bois et en or, peine à trouver la stabilité depuis la rébellion de 2013.

Appel à un cessez-le-feu

Les combats actuels entre une coalition de milices d’une part et l’armée nationale et ses partisans de l’autre ont été déclenchés par la décision de la Cour constitutionnelle d’interdire la candidature de Bozize à l’élection présidentielle du 27 décembre.

L’ancien Premier ministre Martin Ziguele, troisième aux élections du 27 décembre, a déclaré qu’il y avait des combats dans tout le pays tous les jours, empêchant les déplacements entre les villes et poussant davantage de personnes à fuir.

« Tout le monde se concentre sur la principale voie de transport entre la capitale et l’est du Cameroun pour les approvisionnements, mais à l’intérieur du pays, il n’y a pas de mouvement », a déclaré Martin Ziguele.

« Je ne peux pas quitter Bangui et parcourir 90 km sans une escorte armée, lourdement équipée.

Imaginez alors la population. Ajoutez le couvre-feu et l’état d’urgence, c’est vraiment une situation apocalyptique », a déclaré Martin Ziguele.

La Conférence internationale de la région des Grands Lacs, l’organe régional comprenant 12 États membres, a appelé à un cessez-le-feu et a exhorté les groupes armés à « se désengager de l’encerclement de Bangui » et à permettre aux personnes et aux biens de circuler librement.

L’organe demandera également au Conseil de sécurité des Nations Unies de lever un embargo sur les armes imposé à la RCA qui restreint le flux d’armes vers l’armée depuis 2013.

Relations sexuelles en échange de nourriture

Environ 92 000 réfugiés ont atteint la RDC et plus de 13 000 sont entrés au Cameroun, au Tchad et en République du Congo. Les autres sont déplacés à l’intérieur de la République centrafricaine, a indiqué l’UNHCR.

Les attaques en cours ont entravé l’accès humanitaire, la route principale utilisée pour acheminer les fournitures a été forcée de fermer à l’intérieur du pays, et nombre d’entre eux sont désormais confrontés à des « conditions désastreuses », a déclaré un membre de l’UNHCR.

Certains des déplacés sont tellement désespérés qu’ils ont accepté d’avoir des relations sexuelles en échange de nourriture, a-t-il ajouté. Le paludisme, les infections des voies respiratoires et la diarrhée sont devenus courants. Il s’est également déclaré préoccupé par la présence signalée de groupes armés dans les camps de personnes déplacées de Batangafo et Bria.

« Ces groupes armés tentent dans certains cas de restreindre les mouvements et, dans parfois même, de recruter de force. C’est donc une situation très préoccupante », a-t-il déclaré lors du briefing.

Martin Ziguele a déclaré que si une augmentation substantielle du nombre de soldats de la paix, comme demandé par l’envoyé des Nations Unies à Bangui, était la bienvenue, un dialogue entre toutes les parties était urgent.

« Une poussée militaire n’est pas la seule solution pour faire face à la crise sécuritaire, humanitaire et économique qui menace de plonger l’un des pays les moins avancés du monde dans le chaos complet », a-t-il déclaré.

 

Publié le 2 février 2021 à 14 h 37 min par Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.