A LA UNE

Le Cameroun annule un plan d’exploitation forestière qui menaçait la vie des singes rares

Le Cameroun annule un plan d’exploitation forestière qui menaçait la vie des singes rares

Le Cameroun a fait marche arrière sur la décision d’autoriser l’exploitation forestière industrielle dans l’une des forêts tropicales les moins exploitées de la région, où vivent des gorilles, des chimpanzés et des grenouilles géantes.

Le dernier décret gouvernemental annule celui signé en juillet qui aurait permis l’extraction de bois sur 68 385 hectares, soit près de la moitié de la forêt d’Ebo au sud-ouest du Cameroun. Cette annulation fait suite au tollé de ce décret auprès des groupes de conservation et des communautés locales.

L’exploitation forestière aurait détruit l’habitat d’une petite population de gorilles qui pourrait être une nouvelle sous-espèce et des chimpanzés menacés connus à la fois pour casser des noix et pêcher les termites, selon Global Wildlife Conservation.

Sans donner de raison sur ce revirement, le bureau du Premier ministre Joseph Ngute a déclaré dans un communiqué qu’il avait été chargé par le président Paul Biya de renverser le décret précédent autorisant l’exploitation forestière.

Un soulagement « prudent »

Il a également déclaré que Paul Biya avait ordonné de retarder les plans de reclassement de 65 000 hectares distincts d’Ebo, une décision qui aurait pu l’ouvrir aux exploitants forestiers.

Les écologistes, les chercheurs et les groupes locaux ont à plusieurs reprises exhorté le gouvernement camerounais à suspendre les projets de deux concessions forestières à long terme à Ebo.

Greenpeace Afrique a accueilli le revirement apparent des autorités avec un soulagement « prudent ».

« Le gouvernement du Cameroun semble avoir suspendu les plans d’exploitation forestière », a-t-il déclaré dans un communiqué envoyé par courrier électronique. « Le sort de la forêt d’Ebo – les communautés qui en dépendent et la faune qui y vit – reste encore incertain. »

Les pentes des montagnes et les vallées fluviales d’Ebo abritent également au moins 12 espèces végétales que l’on ne trouve nulle part ailleurs sur la planète, comme la grenouille Goliath en voie de disparition, un amphibien timide de la taille d’un chat qui construit des piscines pour ses têtards à partir de roches.

Publié le 13 août 2020 à 14 h 37 min par Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.