A LA UNE

Le Gabon rejoint la coalition mondiale de préservation de la biodiversité

Le Gabon rejoint la coalition mondiale de préservation de la biodiversité

Le Gabon affirme vouloir contribuer à la préservation mondiale de 30% d’aires protégées marines et terrestre d’ici 2030. Cet objectif, annoncé le 22 avril 2020 lors d’une visioconférence internationale à laquelle a participé le ministre gabonais de l’Environnement et du Développement durable, doit définir un cadre mondial post-2020 sur la biodiversité à la mesure des défis actuels de la planète.

Le Gabon vient de donner son feu vert à la contrition de ses réserves naturelles dans le cadre d’un objectif global de préservation d’environ un tiers du patrimoine biologique de la planète à l’horizon 2030.

L’objectif a été fixé lors de la conférence internationale organisée conjointement par le Costa Rica et la France, qui agissent en tant que coprésidents de la Coalition pour une haute ambition pour la nature et l’Homme, au cours d’une visioconférence le 22 avril 2020. Des représentants des Parties à la Convention sur la diversité biologique ont également participé à la conférence.

Connexions entre pandémies et préservation de la biodiversité

Le Gabon, l’un des six pays d’Afrique centrale qui partagent la forêt du bassin du Congo (deuxième poumon vert de la planète), a profité de cette rencontre pour réaffirmer son engagement pour la conservation de sa biodiversité marine et terrestre.

« Notre pays appelle également la communauté internationale à unir ses forces et à agir ensemble pour une planète meilleure, une planète sans pandémies », a déclaré Lee White, ministre gabonais de l’Environnement et du Développement durable.

La réunion s’est déroulée dans un contexte mondial marqué par le Covid-19. Une pandémie qui, selon le ministre, trouve son origine dans les interactions toujours croissantes et « contre nature » entre différentes espèces d’animaux sauvages, chassées de leur habitat naturel du fait de l’urbanisation et de la déforestation, et dans l’élevage intensif.

Pour les participants à cette conférence, il s’agissait donc d’adopter un cadre mondial « post-2020 » sur la biodiversité à la mesure des enjeux actuels de la planète pour lutter contre le changement climatique et préserver la biodiversité. D’où l’objectif de préserver « 30% des aires protégées sur terre comme en mer d’ici 2030 ».

Le Gabon est à la pointe des efforts de conservation

Avec près de 75% de son territoire couvert de forêts et l’un des taux de déforestation les plus faibles au monde (0,09% entre 2000 et 2010), le Gabon est à la pointe des efforts de conservation.

Le pays a investi massivement dans la protection des écosystèmes marins et terrestres, notamment avec la création de 9 parcs marins, 11 réserves aquatiques et 13 parcs nationaux.

Aujourd’hui, 28% des différents écosystèmes marins du Gabon sont consacrés à la conservation et 21% des écosystèmes terrestres sont protégés.

Au niveau sous-régional, en décembre 2019, le gouvernement gabonais et celui de la République Démocratique du Congo voisine ont signé un protocole d’accord sur la protection de la biodiversité.

Cet accord permettra aux deux principaux acteurs de la protection de la forêt du bassin du Congo d’échanger leurs expériences dans le domaine de la conservation.

Publié le 25 mai 2020 à 9 h 46 min par Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.