A LA UNE

Coronavirus : l’Afrique mise sur la prudence

Coronavirus : l’Afrique mise sur la prudence

Même si l’Afrique compte pour le moment un nombre relativement limité de cas de coronavirus, le continent s’organise pour prévenir et contenir au maximum la propagation du virus.

 

L’Afrique : un continent relativement préservé 

 

Le mardi 17 mars, on recensait en Afrique 450 personnes infectées par le coronavirus. Ces cas sont répartis entre 30 pays sur un total de 54, et touchent principalement l’Afrique du Nord, où se concentrent les 10 victimes du Covid-19 sur le continent. À elle seule, l’Égypte compte 166 cas et quatre victimes.

 

À l’aune des 160.000 cas de coronavirus à travers le monde, l’Afrique est donc relativement peu touchée par l’épidémie. L’Organisation mondiale de la santé a cependant exprimé des inquiétudes concernant la propagation de la maladie en Afrique, et ce dès le début de la crise. Selon son directeur Tedros Adhanom Ghebreyesus, « La plupart des pays [africains] ont des systèmes de santé plus faibles » qu’ailleurs dans le monde. Celui-ci a tout même salué « l’amélioration significative des capacités de diagnostic » sur le continent et précisé que, désormais, « plus de 40 pays étaient en capacité de tester le virus ». Une déclaration qui vient tempérer la crainte d’une sous-évaluation de nombre de personnes atteintes par le Covid-19 en Afrique.

 

Un retour d’expérience salvateur face aux épidémies

 

Une réactivité africaine qui n’est pas surprenante, le continent ayant récemment fait l’expérience de pandémies virulentes telles qu’Ebola. Au Sénégal par exemple, la température de tous les voyageurs arrivant à l’aéroport de Dakar est contrôlée depuis 3 semaines, alors que le continent n’était à l’époque par encore concerné par le virus originaire de Wuhan. Le Burkina Faso s’est quant à lui doté d’un plan de riposte à l’épidémie estimé à plus de 9 milliards de francs CFA, soit 13 millions d’euros, selon le ministère de la Santé.

Toujours dans le but de prévenir la propagation du coronavirus, de nombreux gouvernements africains ont pris la décision d’annuler de nombreux événements. Le 10 mars, le gouvernement tanzanien a annoncé l’annulation d’une réunion du Conseil des ministres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) qui devait se tenir les 16 et 17 mars, au profit de rencontres et d’entretiens par vidéoconférences. Le Maroc a quant à lui interdit tous les rassemblements publics de plus de 50 personnes et a donc annulé son Marathon des sables.

 

Dominique Nouvian Ouattara et la Côte d’Ivoire au cœur de la solidarité panafricaine

 

Alors que le pays ne compte que six cas avérés, le gouvernement ivoirien a également pris des mesures d’hygiène et de restriction sociale : les organisateurs de l’Africa CEO Forum d’Abidjan – le groupe de presse Jeune Afrique – ont ainsi été contraints d’annuler in extremis ce « Davos africain ». Le grand rendez-vous devait réunir 1 800 décideurs, cadres dirigeants d’entreprises, investisseurs et responsables politiques les lundi 9 et mardi 10 mars dans la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Le colloque sur la sûreté comme vecteur de croissance pour les entreprises, qui devait lui aussi se tenir à Abidjan le 19 mars sera probablement annulé. La Première dame Dominique Nouvian Ouattara a quant à elle décidé, en signe de solidarité avec les pays qui se battent contre le virus, de reporter au 21 juin 2020 le Gala de la Fondation Children of Africa, initialement prévu le 3 avril 2020, toujours à Abidjan. Cette mesure a été prise « en signe de solidarité avec les pays qui se battent contre ce virus » a précisé la première dame Dominique Nouvian Ouattara.

 

Les compagnies aériennes africaines en première ligne contre la propagation du coronavirus

 

Autre mesure d’importance dans le cadre de la lutte contre le coronavirus : la suspension par toutes les compagnies aériennes africaines – sauf une, Ethiopian Airlines – des vols vers la Chine ; tandis que le Maroc a suspendu tous ses vols internationaux. L’impact économique de cet arsenal anti-coronavirus sera énorme, particulièrement d’un point de vue touristique avec des agences de voyages qui annoncent 50% d’annulations de réservations au Maghreb. Indépendamment de ces mesures courageuses prises par les décideurs du continent africain, l’effondrement des prix du pétrole pénalise les pays exportateurs comme le Nigéria, tandis que la forte baisse du commerce avec la Chine pénalise tout le continent : à titre indicatif, l’Afrique du Sud, première économie africaine, a d’ores et déjà ramené ses prévisions de croissance pour 2020 de 0,7 % à 0,4 %.

 

Publié le 20 mars 2020 à 16 h 49 min par Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.