A LA UNE

Quatre journalistes arrêtés au Burundi

Quatre journalistes arrêtés au Burundi

La presse vient une nouvelle fois de recevoir un coup sur la tête au Burundi. Quatre journalistes d’Iwacu, le dernier média indépendant du pays ont été arrêtés alors qu’ils souhaitaient rendre compte des affrontements entre l’armée et un groupe rebelle. Les journalistes avaient pourtant prévenu les autorités burundaises de leur arrivée sur place. Ils sont aujourd’hui détenus dans des conditions précaires et accusés d’ « atteinte à la sûreté de l’Etat ».

 

Que va-t-il advenir de Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Egide Harerimana et Térence Mpozenzi ? Les quatre journalistes d’Iwacu ont été arrêtés le 22 octobre dernier alors qu’ils étaient à la frontière de la RDC afin de réaliser un reportage sur les affrontements entre l’armée burundaise et le groupe rebelle RED-Tabara. Des accrochages qui ont fait 14 morts du côté rebelle selon les autorités et que les journalistes d’Iwacu n’ont finalement pas pu couvrir, car arrêtés par la police.

 

Accusés d’ « atteinte à la sûreté de l’Etat », les quatre journalistes semblent être en prison uniquement parce qu’ils appartiennent au dernier groupe de presse indépendant du pays. Faux affirme le procureur général de la République, Sylvestre Nyandwi, qui a fait savoir par communiqué de presse aujourd’hui que « le parquet général de la République voudrait réaffirmer ici que ces gens n’ont pas été appréhendés parce qu’ils sont journalistes, mais (en raison des) faits qui leur sont reproché ».

 

Selon l’officiel, la présence des journalistes sur le lieu de l’affrontement tendrait à prouver qu’ils ont obtenu certaines informations à l’avance. Il faut comprendre ainsi que les journalistes (et leur chauffeur) seraient liés au mouvement rebelle. Amnesty International, la Fédération internationale des Journalistes et Reporters sans Frontières ont immédiatement demandé la libération de quatre journalistes et de leur chauffeur. Pour rappel, un journaliste d’Iwacu, Jean Bigirimana, est porté disparu depuis 2015. RSF a classé à la 159e place le Burundi en termes de liberté de la presse.

Publié le 31 octobre 2019 à 23 h 06 min par Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.