A LA UNE

Bangui martyrisé par des inondations d’ampleur

Bangui martyrisé par des inondations d’ampleur

Nouveau coup dur pour la Centrafrique. Confronté à des défis titanesques (guerres, épidémies, etc.), le pays voit désormais sa capitale, Bangui, et de nombreuses autres localités être submergées par les eaux. D’importantes inondations touchent la capitale et ses environ en raison de la crue décennale du fleuve Oubangui. Un phénomène connu qui a été fortement amplifié en raison de pluies intenses et continues depuis plus d’une semaine. La situation est extrêmement préoccupante.

 

La Centrafrique connaît une nouvelle situation d’urgence. La capitale, Bangui, est sous les eaux depuis que le fleuve Oubangui a débordé. Cette crue était attendue, car tous les dix ans, le phénomène se répète et occasionne des dégâts. Malheureusement, cette année 2019 est à marquer d’une pierre noire, car avec des conditions climatiques exceptionnelles, ce sont des quartiers entiers de la capitale qui sont complètement dévastés.

 

Il est impossible de dresser un bilan certain, car les eaux montent toujours et de nombreux coins sont totalement coupés du monde. A l’heure actuelle, la Croix Rouge estime à 28 000, au minimum, le nombre de personnes obligées de quitter leur maison. Certaines demeures se sont littéralement effondrées sous les assauts de l’eau et le gouvernement est bien en peine de répondre à l’urgence sanitaire. La ministre de l’Action humanitaire, Virginie Mbaïkoua ne que constater les dégâts et estimer à environ 88 000 personnes le nombre de sinistrés.

 

Beaucoup d’habitants préfèrent rester chez eux ou à proximité immédiate malgré les risques sanitaires encourus. La boue et le système d’évacuation des sanitaires se sont répandues partout et menacent de développer des maladies. Les victimes potentielles se comptent en dizaines de milliers et ce pays martyrisé par tant de maux simultanément, n’est pas en mesure de répondre à un défi sanitaire de cet ordre. L’eau continue de monter et l’inquiétude est au moins aussi élevée que l’Oubangui.

Publié le 30 octobre 2019 à 12 h 05 min par Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.