A LA UNE

Une coupure d’eau qui fait tache

Une coupure d’eau qui fait tache

Bata, la plus grande ville de Guinée équatoriale et premier centre économique du pays est confronté à une coupure d’eau longue de trois semaines. Les habitants sont excédés et les pouvoirs publics assurent que la situation est sur le point de se normaliser. Cet épisode aux conséquences sanitaires déplorables montre surtout la très mauvaise gestion des fonds publics dans un pays où les richesses ne profitent qu’à une toute petite élite.

 

Vivre sans eau courante pendant plusieurs jours est très compliqué. Alors quand c’est une ville de 800 000 habitants, poumon économique de tout un pays qui en est victime, la situation arrive aux oreilles étrangères. Les conclusions ne sont pas difficiles à tirer. Si une ville comme Bata est sans eau courante depuis trois semaines, c’est parce que l’argent public ne va pas là où il devrait. La distribution d’eau n’est donc pas la seule victime puisque l’électricité est régulièrement coupée. D’ailleurs, l’électricité a connu une panne au même moment que la distribution d’eau, mais le courant a été rétabli après deux jours de black out.

 

Le système guinéen est verrouillé au profit du pouvoir et les désagréments subis par la population en sont la conséquence directe. Le Premier ministre a assuré à la télévision, ce 21 septembre, que l’eau courante allait être rétablie au cours des prochains jours. Une coupure dont la raison n’a pas été donnée alors que « L’entreprise responsable de l’eau procède aux ajustements techniques ». Les habitants de Bata doivent rester « patients ». Ils n’ont pas d’autres choix, mais cette coupure importante risque de nourrir le ressentiment vis-à-vis d’un pouvoir qui confisque les richesses du pays.

 

Les dirigeants de Guinée équatoriale – le fils du président Obiang en tête – sont dans le collimateur de plusieurs justices européennes. Des « biens mal acquis » sont de toutes les attentions des juges. Cela représente des sommes formidables d’argent qui n’ont pas été réinjectées dans l’économie du pays. Les conséquences sont visibles au-delà des frontières et se font durement ressentir par une population soumise à des coupures régulières et parfois interminables.

Publié le 22 septembre 2019 à 8 h 52 min par Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.