A LA UNE

Callixte Nsabimana dans les geôles rwandaises

Callixte Nsabimana dans les geôles rwandaises

La nouvelle a enfin été confirmée officiellement par les autorités rwandaises. Le chanteur et deuxième Vice-président du Mouvement rwandais pour le changement démocratique a bien été arrêté par les forces de l’ordre rwandaises. Sous la menace d’un mandat d’arrêt, il aurait été interpelé aux Comores où il séjournait. Une arrestation polémique qui illustre une inflexion dans les relations régionales et internationales. Le début d’une politique bien plus amicale entre les gouvernements de Kigali et de Bujumbura ?

 

Soupçonné d’avoir lancé plusieurs attaques meurtrières dans le sud du Rwanda près des frontières burundaises et congolaises, Callixte Nsabimana a été arrêté il y a deux semaines par les forces de sécurité rwandaises. Une arrestation qui vient seulement d’être confirmée par le ministre rwandais des Affaires étrangères et le Rwanda Investigation Bureau. La rumeur circulait depuis plusieurs jours, mais les autorités ne s’étaient jusque-là pas données la peine d’infirmer ou de confirmer l’arrestation de celui qui semblait avoir élu domicile aux Comores.

 

Peu d’éléments ont été livrés par Kigali à la presse. Les proches de Callixte Nsabimana affirment toutefois qu’il a été kidnappé. Si un tel coup de force est bien à l’origine de son arrestation, cela pourrait s’expliquer par le rapprochement entre Kigali et Paris. Une nouvelle tectonique des plaques dont voudrait également bénéficier le Burundi qui appelle le Rwanda à expatrier plusieurs ressortissants burundais aujourd’hui réfugiés à Kigali. En Effet, Bujumbura, en signe d’amitié, a livré sept personnes qui sont présumées combattantes pour le compte des Forces nationales de libération, la branche armée du Mouvement rwandais pour le changement démocratique.

 

Kigali peut se féliciter de ses prises faites en « collaboration avec certains Etats », mais c’est désormais à la justice de trancher sur le sort de Callixte Nsabimana. Sa participation directe ou non à plusieurs attaques qui ont endeuillé le Rwanda doit encore être prouvée devant la justice. Les autorités rwandaises ont assuré que la machine judiciaire était en route. Un long périple judiciaire s’annonce donc pour le chanteur aux accents rebelles afin de voir si sa contestation radicale du pouvoir n’est pas tombée dans l’illégalité.

Publié le 13 mai 2019 à 10 h 48 min par Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.