A LA UNE

La Banque mondiale soutient de nouveau le développement du Cameroun

La Banque mondiale soutient de nouveau le développement du Cameroun

La Banque mondiale croit en un pays comme le Cameroun. Malgré la grave crise que traverse le pays, les dirigeants de cette institution bancaire estiment que certains grands projets méritent d’être soutenus en raison de leur fort potentiel. C’est le cas du projet de rénovation et de modernisation d’espaces urbains ainsi que du projet d’installation hydroélectrique sur le cours de la Sanaga.

 

Les informations sont encore parcellaires, mais le ministre camerounais de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire peut être content des deux accords de crédit paraphés ce 28 février. Le Cameroun recevra ainsi de la Banque mondiale 142,7 millions d’euros pour procéder à des travaux de rénovation urbaine. Les sept premières villes du pays abritent un tiers des Camerounais et l’arrivée de près de 100 000 nouveaux habitants dans les villes chaque année va porter le taux d’urbanisation à des sommets jamais atteints (environ 55 % aujourd’hui). L’urbanisation est un défi notamment pour les infrastructures camerounaises.

 

L’accord de crédit doit permettre de rénover ou construire près de 200 kilomètres de voirie et de financer les projets de 300 associations qui mènent une lutte contre le chômage des jeunes. Deux fléaux attaqués de front par le Cameroun avec l’aide d’une Banque mondiale qui s’est engagée dans le pays à hauteur de 665 millions de dollars l’année passée. Une aide plus que bienvenue dans un pays en crise qui devrait toutefois avoir un taux de croissance en hausse en 2019 selon les prévisions du FMI (4,4 % contre 3,8 % en 2018).

 

Le Cameroun grandit et exprime des besoins en électricité de plus en plus importants et la Banque mondiale l’aide également dans son projet d’assistance technique pour le développement hydroélectrique de la Sanaga. La première étape est de trouver le meilleur site pour produire de l’électricité grâce à un futur partenariat public-privé. Cette nouvelle infrastructure secondera le projet Nachtigal d’une valeur de 1,4 million de dollars. Pour cela, la Banque mondiale a consenti à un prêt de 24,9 millions de dollars. Un crédit qui semble bien orienté dans un pays qui possède le troisième potentiel du continent en terme d’hydroélectricité.

 

La Banque mondiale reste donc un partenaire fidèle du Cameroun, mais ce pays devra régler les graves tensions territoriales et sociales qui le déchirent pour éviter des lendemains difficiles et un départ d’institutions bancaires et financières au travail essentiel pour l’avenir.

Publié le 1 mars 2019 à 17 h 06 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.