A LA UNE

Le Tchad neutralise plus de 250 combattants terroristes

Le Tchad neutralise plus de 250 combattants terroristes

N’Djamena vient de frapper un grand coup contre la menace terroriste qui pèse dans le nord du Tchad. Une colonne de 250 terroristes lourdement armés a été neutralisée par les forces tchadiennes avec l’appui de la France. C’est le groupe terroriste Union des Forces de la Résistance qui a fait les frais d’une opération menée d’une main de maître après le retour de centaines d’hommes d’un sud libyen devenu hostile à la présence de ces groupes déstabilisateurs. Plusieurs leaders de l’UFR auraient été capturés.

 

Le temps semble loin où l’Union des Forces de la Résistance (UFR) était littéralement aux portes du pouvoir. C’était en 2008 et sans l’intervention in extremis de la France, le président Déby aurait tout perdu et le Tchad serait alors entré dans une période d’asservissement. Onze ans plus tard, la France est toujours aux côtés du président Déby et vient de contribuer à un grand succès contre une UFR sur la défensive. Fortement présente dans le sud de la Libye, un pays divisé entre plusieurs seigneurs de guerre, l’UFR a été contrainte de prendre la direction du Tchad. Le sud libyen est devenu un terrain hostile et trop dangereux pour les rebelles de l’UFR depuis la grande offensive du maréchal libyen Haftar.

 

Contraints de rentrer au Tchad, les hommes de l’UFR ont été pris en chasse par les troupes tchadiennes. Une course poursuite qui aurait certainement tournée à l’avantage des premiers si la chasse française n’était pas intervenue vendredi. Des frappes aériennes qui auraient fait dix morts selon l’UFR. Mais le pire était à venir, car dès le lendemain, c’est une colonne de 250 hommes à bord de nombreux véhicules qui a été interceptée. L’armée tchadienne a annoncé que « plus d’une quarantaine de véhicules » avait été détruit, et « plusieurs centaines » d’armes saisies. Au-delà des pertes matérielles importantes, c’est la direction de l’UFR qui est « décapitée » pour reprendre l’expression d’un cadre de l’armée tchadienne qui a parlé anonymement à Jeune Afrique.

 

En effet, quatre leaders rebelles auraient été appréhendés. Le mouvement se retrouve ainsi plongé dans une grave crise et les dégâts pourraient être plus importants encore avec des opérations de ratissages qui se poursuivent. Le président Déby marque des points importants dans la lutte contre le terrorisme et un groupe qui a juré sa perte. La collaboration franco-tchadienne marque également des points dans une région très instable.

Publié le 10 février 2019 à 7 h 44 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.