A LA UNE

Le Rwanda mise sur le méthane du lac Kivu

Le Rwanda mise sur le méthane du lac Kivu

Désireux de développer les énergies renouvelables, le Rwanda son dévolu sur le gaz et en particulier sur le méthane. Présent en abondance dans le lac Kivu, le méthane va faire l’objet d’une exploitation en vue de sa commercialisation en bouteille. Un accord a été trouvé entre l’Etat rwandais et deux sociétés étrangères. L’exploitation devrait commencer dans deux ans pour une période longue de sept années.

 

C’est ce qu’on appelle faire d’une pierre deux coups. Le Rwanda s’est engagée dans une politique ambitieuse de développement des énergies renouvelables. Le pays fait donc le bilan des sources d’énergie possibles à activer et le lac Kivu fait partie des heureux élus. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, il ne s’agit pas d’ériger un barrage, mais de capter le méthane qui se trouve en abondance dans le sous-sol du lac et qui a tendance à remonter à la surface. Les vapeurs sont toxiques et peuvent entraîner des décès. Ainsi, capter le méthane c’est aussi faire oeuvre de salubrité publique. Les autorités ont donc deux bonnes raisons de miser sur le gaz et le contrat signé semble répondre aux attentes légitimes en termes financiers.

 

Ainsi, les autorités rwandaises ont paraphé un contrat de 400 millions de dollars avec la société Gasmeth Energy. Cette dernière va désormais extraire et traiter le gaz pour le compresser et le vendre sous forme de bouteille au Rwanda et dans la région. Pour cela, une usine va être construite et le carburant en bouteille pourra être commercialisé d’ici à deux ans. Une excellente nouvelle selon la directrice du Rwanda Development Board interrogée par Reuters : « le méthane en bouteille aiderait à réduire la dépendance locale au bois et au charbon de bois, des combustibles utilisés par la plupart des ménages et des usines de thé pour cette nation de 12 millions d’habitants d’Afrique de l’Est ».

 

Le projet est écologiquement intéressant et il permettra de créer des emplois. Toujours selon des propos recueillis par Reuters auprès du patron de Gasmeth Energy, ce sont 400 emplois pérennes qui vont être créés et de 600 à 800 lors de la phase de construction de l’usine. Enfin, le pompage du méthane ne devrait causer aucune friction avec la République démocratique du Congo avec laquelle le Rwanda se partage le lac Kivu. En effet, un accord a été signé en 2017 pour éviter tout conflit. Tout est donc prêt pour que le projet prenne forme.

Publié le 10 février 2019 à 11 h 38 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.