A LA UNE

La retraite dorée des anciens ministres congolais

La retraite dorée des anciens ministres congolais

Il y a des hasards du calendrier qui ne passent vraiment pas. Celui relatif aux avantages à vie que se sont octroyés l’ancien Premier ministre Bruno Tshibala et son ministre d’État au budget Pierre Kangudia soulève une vague de protestations en République démocratique du Congo. Deux semaines avant les élections du 30 décembre, les deux hommes ont signé des décrets leur permettant (ainsi qu’au reste de l’ex-gouvernement) d’appréhender l’avenir sereinement. Entre indemnités de logement, droits à la retraite avantageux et autres bénéfices en nature, la vie d’ancien ministre ressemble à rêve exquis.

 

La victoire de Félix Tshisekedi à la présidence de la République en RDC a surpris son monde. Tout laissait penser à un triomphe du dauphin de Joseph Kabila, mais c’est l’opposant historique Tshisekedi qui a raflé la mise et mis fin par la même occasion au gouvernement de Bruno Tshibala. Les observateurs n’avaient pas vu venir le coup, mais l’exécutif avait bien pris ses précautions. C’est ce que viennent d’apprendre des Congolais médusés devant un décret signé par les désormais ex-Premier ministre et ex-ministre d’Etat au budget. Un décret qui procure des avantages à vie aux anciens membres du gouvernement malgré son coût pour des finances publiques déjà bien mal en point.

 

Publié au Journal officiel le 15 décembre 2018, le décret qui fait aujourd’hui grand bruit n’a été dénoncé par l’opinion publique qu’à partir du 31 janvier 2019 et sa circulation sur les réseaux sociaux. Les Congolais ont depuis tout loisir de constater que l’activité d’ancien ministre est beaucoup rémunératrice qu’un travail classique. Ainsi, en plus d’une indemnité mensuelle équivalent à 30 % de la rémunération perçue en tant que ministre, les ex bénéficient d’une indemnité de logement de 1 000 dollars par mois. Un Premier ministre perçoit quant à lui 5 000 dollars mensuels uniquement pour satisfaire ses besoins de logement. A cela s’ajoute divers avantages comme la garantie de soins gratuits en RDC et à l’étranger, un passeport diplomatique et un titre de voyage par an en business class sur le réseau international. Des avantages accordés à vie qui sont loin des standards économiques du pays.

 

En effet, la RDC est l’un des Etats les plus pauvres du monde. Le revenu moyen par habitat est de 1,25 dollars par jour. L’entretien des anciens ministres, mais aussi ex vice-ministres, secrétaires généraux adjoint au gouvernement, et même les personnalités membres du cabinet de la présidence et du Premier ministre est au moins surprenant. Ce sont en tout 59 personnes qui sont concernées et qui vont coûter la somme de 28,8 millions de dollars par an selon les premiers chiffres divulgués dans la presse.

 

Des avantages et des sommes qui donnent le tournis et qui font réagir avec force une partie du spectre politique. C’est l’incompréhension qui domine vis-à-vis d’une générosité assez mal placée. Pour certains comme Adam Bombole, secrétaire général d’Ensemble changeons le Congo (Ecco), parti membre de la coalition de l’opposant Moïse Katumbi, il faut « purement et simplement annuler » un décret qui « n’a pas force de loi ! ».

Publié le 2 février 2019 à 9 h 14 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.