A LA UNE

L’AfricaMuseum ouvre ses portes après avoir été repensé

L’AfricaMuseum ouvre ses portes après avoir été repensé

Après cinq années de travaux, le musée royal d’Afrique centrale situé à Tervuren (Belgique) rouvre ses portes sous le nom d’AfricaMuseum. En plus du lifting nécessaire, c’est la traversée de l’histoire qui a été repensée pour ne plus mettre de côté une colonisation belge mal vécue par les populations locales. La « décolonisation » des collections doit désormais emballer un public qui peut retrouver ce superbe musée depuis la réouverture de ses portes hier.

 

Tervuren, en banlieue de Bruxelles est un lieu bien connu des Belges. On y trouve notamment le musée royal d’Afrique centrale où les collections du roi Léopold II ont été montrées au public à compter du début du XXe siècle. L’objectif était de faire découvrir aux Belges leurs colonies et leurs richesses. Le temps et l’histoire se sont égrainés et le musée a dû faire peau neuve afin de répondre aux canons de la modernité et d’une histoire parfois douloureuse racontée sans faire fi des aspects les plus sombres de la colonisation.

 

L’ancien palais de Léopold II, baigné de verdure est toujours aussi somptueux et les visites commencent sous un bâtiment en verre tout neuf qui se marie parfaitement à l’ensemble. Si les sculptures du XXe siècle représentants les Européens comme supérieurs aux Africains sont toujours à leur place, le musée a fait appel à l’artiste Aimé Mpane pour réaliser une œuvre qui va à l’encontre des clichés du début du siècle dernier. Intitulée « nouveau souffle ou le Congo bourgeonnant », l’imposante sculpture en bois ne laissera pas les visiteurs indifférents.

 

Le reste de la visite est à la hauteur des attentes légitimes d’un public qui n’a plus les conceptions de ses ainés. Le musée est accessible en quatre langues et est interactif grâce notamment à des écrans tactiles fortement appréciés des plus jeunes. Une nouvelle salle est consacrée à la diaspora africaine en Belgique et a été réalisée avec le concours d’associations.

 

La réouverture de ce musée est une bonne nouvelle pour le public belge qui peut à nouveau admirer les richesses des anciennes colonies belges. Elle pose toutefois a question de la restitution de certaines œuvres réclamées par certains pays. Une problématique à laquelle sont exposées de plus en plus toutes les anciennes puissances coloniales.

Publié le 9 décembre 2018 à 12 h 14 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.