A LA UNE

Un chef de milice tué à Bangui

Un chef de milice tué à Bangui

Le calme n’est que très relatif à Bangui, capitale de la Centrafrique. Les flambées de violences sont fréquentes et les milices dictent leurs lois dans de nombreux quartiers parfois à leurs risques et périls. Ainsi, un chef de milice, surnommé « Apo » a été tué le 25 novembre par un commerçant après un échange de tirs. Le milicien était venu exiger la fermeture de l’établissement afin de respecter une opération « ville morte ».

 

Les informations sont encore peu nombreuses à l’heure actuelle, mais il apparaît que Mahamat Tahir, alias « Apo » ait perdu la vie au cours d’une fusillade avec un commerçant du quartier PK5 de Bangui. Le milicien s’était rendu dans la boutique où il a été tué afin de menacer le propriétaire qui n’avait pas respecté l’opération « ville morte » décrétée le 25 novembre. Une sortie qui fut donc la dernière d’ « Apo » dont le corps a été amené à la mosquée après qu’un médecin ait constaté le décès du milicien sur place.

 

La nouvelle a été suivie de représailles de la part d’autres miliciens qui ont pillé la boutique de l’homme à l’origine du coup de feu mortel. Apo était le chef d’une petite milice composée de quelques dizaines d’individus. Il avait pris la tête de ce groupe après le décès par balle de son cousin « Kappo » en 2016. C’est un accrochage avec la Minusca qui avait alors entraîné la mort du prédécesseur d’Apo.

 

La tension est palpable dans les rues de Bangui. Des rues qui n’ont jamais vraiment été très sûres malgré la présence de la Minusca et de forces de l’ordre plus présentes dans la capitale que dans le reste du territoire centrafricain. Des accrochages entre l’armée et certaines milices, ces derniers jours, ont d’ailleurs fait plusieurs morts. Des combats qui impliquent également plusieurs milices concurrentes. Les violences à Bangui sont donc sur la pente ascendante et la mort d’Apo pourrait entraîner des représailles bien plus grandes encore. Les habitants de la capitale retiennent leur souffle.

Publié le 26 novembre 2018 à 7 h 49 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.