A LA UNE

Deux nouveaux rhinocéros noirs retrouvés morts

Deux nouveaux rhinocéros noirs retrouvés morts

La réintroduction des rhinocéros noirs au Tchad vire au fiasco. En mai 2018, six animaux de cette espèce menacée de disparition avaient été accueillis au Tchad. Un pays où le dernier rhinocéros noir avait été aperçu en 1972. Malheureusement, après l’annonce du décès de deux rhinocéros en octobre, deux autres carcasses ont été retrouvées en ce début de mois de novembre. Là encore, le braconnage ne serait pas à l’origine de ces décès.

 

« Deux carcasses supplémentaires de rhinocéros noirs ont été découvertes au Parc National de Zakouma au Tchad, ce qui porte à quatre le nombre total de décès sur les six bêtes réintroduites en mai ». C’est par ces mots que l’ONG African Parks a annoncé par communiqué en date du 6 novembre le décès de deux autres rhinocéros noirs. Six mois après leur réintroduction au Tchad, les rhinocéros noirs venus d’Afrique du Sud ne sont plus que deux et le programme longuement mis en place est sur le point d’échouer.

 

Aucune explication précise n’a pour le moment été donnée pour expliquer le décès de quatre des six spécimens réintroduits. Mi-octobre, l’ONG affirmait avec certitude qu’ « aucun de ces (deux) rhinocéros n’a(vait) été braconné ». « La mauvaise adaptation des rhinocéros à leur nouvel environnement » reste la piste privilégiée. Un scenario à la kényane est désormais à craindre. Onze rhinocéros noirs avaient également été réintroduits avant de tous mourir dans un laps de temps assez court. Les points d’eau où ils devaient se rafraichir étaient trop salés.

 

Le scénario actuellement à l’œuvre au Tchad est étudié. Cette réintroduction était porteuse d’espoirs il y a quelques mois encore. Le rhinocéros noir est une espèce en voie de disparition. Il n’en reste plus que 5 000 spécimens dont 1 900 en Afrique du Sud. Leur disparition est due au braconnage qui sévit avec force depuis des décennies et qui vise à alimenter les marchés vietnamien et chinois de corne de rhinocéros. Un attribut très apprécié par les médecines traditionnelles de ces deux pays.

Publié le 6 novembre 2018 à 13 h 03 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.