A LA UNE

L’AFD se rappelle au mauvais souvenir de la RDC

L’AFD se rappelle au mauvais souvenir de la RDC

Les rebelles ougandais de l’AFD ont une nouvelle fois frappé la ville de Beni (province du nord-Kivu) le samedi 20 octobre. Une dizaine de victimes a été recensée – pour la plupart des civils semble-t-il. Le Secrétaire général de l’ONU s’est indigné d’une nouvelle attaque dans une région déjà meurtrie par le virus Ebola. Un virus combattu par des spécialistes dont deux ont été tués par les rebelles la veille de l’attaque sur la ville de Beni.

 

L’AFD a semé la terreur pour la énième fois dans la ville de Beni. Une dizaine de corps sans vie a été répertoriée, et une quinzaine d’habitants sont portés disparus après l’incursion d’hommes armés ce samedi 20 octobre. Une majorité d’enfants âgés de 5 à 10 ans compte parmi les disparus. La colère est palpable à Beni et plusieurs bâtiments officiels ont été pris pour cible par des habitants à bout de nerfs. La ville et le territoire de Beni sont particulièrement ciblés depuis 2014 malgré la présence de la Mission des Nations Unies pour la RDC (Monusco).

 

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, est « indigné par les assassinats et les enlèvements de civils par des groupes armés qui se poursuivent dans la région de Beni » selon son porte-parole adjoint. Le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé a lui aussi exprimé sa colère et martelé que « les civils ne sont pas des cibles ». Pour rappel, le virus Ebola frappe actuellement cette région de la RDC et « tout le monde doit œuvrer pour atteindre la paix et combattre Ebola ». Un discours auquel reste insensibles les membres de l’AFD qui ont tués deux agents de l’Unité Médicale d’Intervention Rapide (UMIR) et des Forces Armées de la RDC (FARDC) en charge de la lutte contre le virus.

 

Si la Monusco ne désespère pas parvenir à un accord avec les rebelles ougandais, les acteurs sur le terrain ont toujours du mal à cerner les revendications de ce groupe actif depuis plusieurs décennies. Aucun chef n’est connu, aucun mot d’ordre n’a jamais été lancé, aucune revendication clairement énoncée. L’AFD continue de tuer et de semer la désolation dans un pays déjà martyre.

Publié le 23 octobre 2018 à 9 h 29 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.