A LA UNE

Présidentielle : Joseph Kabila n’est pas candidat !

Présidentielle : Joseph Kabila n’est pas candidat !

Fin d’un long suspens en République démocratique du Congo. Le président Joseph Kabila dont le mandat a officiellement expiré il y a dix-neuf mois, mais qui dirige toujours le pays, ne sera pas candidat à sa propre succession. La fin du dépôt des candidatures à l’élection a mis fin à une saga que beaucoup pensait se conclure par une nouvelle candidature (et succès) du président Kabila. Il a préféré mettre en avant un de ses protégés et respecte ainsi une Constitution qui lui interdisait de se représenter.

 

Ce sera donc Emmanuel Ramazani Shadary qui portera les couleurs de la coalition au pouvoir. Joseph Kabila a décidé de ne plus jouer avec le feu et ne s’est pas inscrit sur les listes officielles pour briguer un troisième mandat consécutif. La Constitution l’en empêchait, mais l’Afrique centrale a vu depuis plusieurs années ce genre de verrou démocratique forcé et sauter. Il n’en est donc rien en République démocratique du Congo, un pays déjà traversé par une crise politique, économique et sociale qui a tardé à mettre en place une élection présidentielle malgré la fin du mandat officiel de Joseph Kabila il y a déjà dix-neuf mois.

 

Emmanuel Ramazani Shadary aura donc la lourde tâche de succéder à son mentor si les électeurs lui en donnent la responsabilité. Shadary est un des piliers du pouvoir et a été ministre de l’Intérieur du président Kabila avant qu’il ne soit invité à prendre la présidence de son parti en 2018. Il est considéré comme très loyal et ne devrait pas changer les équilibres qui gouvernent la RDC en cas d’élection. Connu de la communauté internationale, il fait l’objet de sanctions de la part de l’Union européenne en raison de son rôle « dans la planification et la mise en œuvre d’actes qui constituent de graves violations des droits humains en RDC ». L’homme sera donc plus enclin encore à ne pas modifier la ligne qui prévaut dans le premier cercle du pouvoir.

 

Joseph Kabila n’a quant à lui fait aucun commentaire, mais il apparaît qu’il continuera de jouer un rôle déterminant en cas de victoire d’ Emmanuel Ramazani Shadary. Il s’est réservé la présidence de son parti et bénéficiera d’un statut de sénateur à vie. Deux fonctions qui lui permettront de rebondir pour cet expert de la politique âgé seulement de 47 ans (soit dix ans de mois que son successeur désigné).

 

L’opposition se réjouit du départ de Kabila, mais redoute des dysfonctionnements à l’occasion du prochain scrutin. Vingt-cinq prétendants sont en lice, mais il faut noter l’absence de Moïse Katumbi, opposant en exil qui n’a pas été autorisé à s’inscrire sur la liste officielle des candidats. Jean-Pierre Bemba, fraîchement acquitté par la CPI pourra quant à lui briguer un poste qu’il convoite depuis fort longtemps malgré ses déboires judiciaires.

Publié le 9 août 2018 à 9 h 43 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.