A LA UNE

Mystère autour de l’assassinat de trois journalistes russes en Centrafrique

Mystère autour de l’assassinat de trois journalistes russes en Centrafrique

La Centrafrique est une poudrière dans laquelle exercer le métier de journaliste est extrêmement dangereux. Cela s’est malheureusement une nouvelle fois vérifié dans la nuit de lundi à mardi avec l’assassinat de trois journalistes russes qui enquêtaient sur le rôle de la société Wagner dans le pays. Cette société privée met à disposition des miliciens pour des opérations de guerre. Une odeur de soufre l’accompagne et plusieurs éléments de cette tragédie demeurent assez troublants.

 

Que s’est-il donc passé dans la nuit de lundi à mardi près de Sibut ? Cette localité située à 300 kilomètres de la capitale Bangui a été le témoin d’un triple assassinat. Trois journalistes russes ont été abattus par des « ravisseurs enturbannés » selon les informations délivrées par le gouvernement centrafricain. Les noms des victimes ont été rapportés rapidement. Il s’agit du reporter de guerre Orkhan Djemal, du documentariste Alexandre Rastorgouïev et de leur cameraman Kirill Radtchenko. Les trois hommes n’auraient subi aucune torture et auraient été assassinés peu après avoir été interceptés par des coupeurs de route.

 

Arrivés le 27 juillet en Centrafrique pour y filmer les activités de la société russe Wagner, les trois journalistes ont été victimes d’une violence endémique dans le pays. Le porte-parole du gouvernement centrafricain a fait entendre que les trois hommes se seraient montrés imprudents en sillonnant une région dangereuse sans les moyens de protection adéquats. L’enquête est en cours pour faire toute la lumière sur ce drame et Reporters sans Frontières a appelé les autorités centrafricaines et russes à procéder à une investigation « sérieuse et approfondie ».

 

Plusieurs éléments laissent à penser qu’il sera difficile d’aboutir à des conclusions acceptées de tous. En effet, les trois journalistes enquêtaient sur Wagner, une société privée qui met à disposition des miliciens venant souvent en aide aux forces militaires russes conventionnelles. Des activités dangereuses qui ont notamment lieu en Syrie, en Somalie et désormais en Afrique centrale. Wagner est donc très proche du Kremlin et les trois journalistes travaillaient pour un média russe détenu par l’opposant en exil, Mikhaïl Khodorkovski. Ce dernier s’est d’ailleurs interrogé sur le silence des médias russes dans une affaire qui endeuille une nouvelle fois la profession de journaliste.

Publié le 3 août 2018 à 9 h 31 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.