A LA UNE

Le bois fait son show au Gabon

Le bois fait son show au Gabon

Le Gabon est recouvert à 85 % par la forêt. Le pays est le poumon de l’Afrique centrale et l’Afrique centrale est un des trop rares poumons de la planète. Sans surprise, le bois est l’une des principales industries du pays et les autorités ont misé sur cette ressource tout en essayant de la préserver autant que faire se peut des menaces que son l’exploitation illégale et la corruption. Le président Bongo vient de lancer le Salon Gabon Wood Show.  

 

Comment exploiter la forêt sans la détruire et hypothéquer ainsi l’avenir économique et environnemental du Gabon ? Les autorités sont penchées sur cette question primordiale depuis une décennie et si les résultats ne sont pas parfaits, ils sont bien meilleurs que dans d’autres pays de la région. Sur le plan économique, le Gabon a fait le choix de l’interdiction d’exportation des grumes dès 2010. L’objectif était alors de développer la filière bois sur le sol gabonais et le pari est d’ores et déjà réussi puisque le nombre d’emplois a doublé depuis cette date selon la Banque mondiale.

 

Le Gabon n’est plus qu’un exportateur de grumes, mais bien un acteur actif dans tous les métiers de la filière. Cette dernière s’est renforcée avec la demande toujours plus importante de bois venue d’Asie. Les opérateurs chinois notamment se pressent parfois au détriment des règles et de la protection de la nature. Il n’est pas rare de voir de véritables organisations mafieuses s’accaparer des millions de tonnes de bois avec l’aide d’agents locaux corrompus.

 

La menace est connue depuis des années et Libreville n’hésite plus à condamner à de la prison ferme des individus qui s’adonnent à cette lucrative, mais illégale activité. Plusieurs ressortissants chinois ont même été condamnés. Il reste encore fort à faire pour se débarrasser d’activités illégales qui grèvent le budget de l’Etat et qui malmènent un équilibre écologique fragile. Les autorités sont appelées par les ONG à être plus présentes sur le terrain et à être plus strictes notamment dans le domaine des normes. On pense notamment au label Forest Stewardship Council qui entend faire de l’exploitation forestière durable. Un label qui ne concerne que 14 % des concessions légales…

Publié le 23 juin 2018 à 9 h 39 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.