Le Tchad annonce une réforme des formations politiques

Le gouvernement tchadien a adopté un projet d’ordonnance portant charte des partis politiques organisant le système de pluralisme politique dans le pays.

 

Idriss Deby a décidé de remettre de l’ordre dans la vie politique fourmillante du Tchad vie une charte d’organisation des formations politiques, trop éparpillées, ce qui congestionne la vie politique.  Cette fin, le texte impose aux partis politiques d’avoir une permanence dans au moins 10 des 13 provinces du pays. En outre, les conditions d’âge ont été révisées puisque l’âge minimal pour être chef de parti a été fixé à 30 ans par le nouveau texte.

 

« Il n’est de secret pour personne que certains partis politiques se créent dans le seul but d’obtenir la subvention impartie par l’État au fonctionnement des partis politiques. Le constat de cette triste réalité a été affirmé et condamné au forum national inclusif » a souligné la ministre, porte-parole du gouvernement, Madeleine Alingué. Le pays compte en effet une mosaïque de près de 200 partis et micro-partis.

 

L’objectif affiché par le gouvernement est de « renforcer la démocratie et consolider un État de droit au Tchad ». Pour l’opposition toutefois, il s’agir d’une initiative qui vie à rajouter des obstacles sur la constitution de forces contradictoires dans le pays. Cette nouvelle mesure vise, selon eux, à organiser un parlement sans débats contradictoires et un paysage politique presque sans opposants.

Publié le 5 juin 2018 à 10 h 33 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.