A LA UNE

Regain de violence en Centrafrique

Regain de violence en Centrafrique

Malgré la présence de troupes onusiennes, la Centrafrique est toujours en proie à des violences et exactions commises par de multiplies groupes armés. Les Casques bleus sont même devenus la cible d’individus décidés à déloger des troupes qui ont pour mérite d’avoir mis fin aux massacres de grandes ampleurs de 2013-2014 qui ont traumatisé le pays.

 

Hier, un Casque bleu d’origine mauritanienne a succombé à une attaque contre un convoi près d’Alindao dans le sud-est de la Centrafrique. Il s’agit du troisième décès d’un Casque bleu depuis le début de l’année. Les tensions intra-communautaires sont plus fortes depuis plusieurs mois et l’ONU est devenu un symbole à abattre pour des groupes armés empêchés mais toujours actifs.

 

Selon l’armée mauritanienne, une quarantaine de miliciens antibakala ont été neutralisés au cours de rudes combats. D’autres régions sont également touchées par ce regain de violence à commencer par le centre du pays où la ville de Bambari a été prise pour cible du lundi soir au mardi matin. La base de la Minusca a été attaquée tout comme un commissariat et une gendarmerie de la ville. L’attaque qui s’est soldée par un échec pour les assaillants a fait huit victimes sans que l’ONU ne livre plus d’information à ce sujet.

 

Bambari se trouve au centre de plusieurs zones d’influences de groupes armés bien décidés à se livrer un jeu mortel sans la présence gênante de l’ONU. Cette nouvelle flambée de violence inquiète, mais les troupes onusiennes peuvent se féliciter d’avoir stoppé une attaque dont le succès aurait fait tremblé l’ensemble de l’édifice de la Minusca.

 

Parfait Onanga-Anyanga, représentant spécial du secrétaire général de l’ONU s’est interrogé sur la raison de ces attaques. « Pourquoi s’attaquer à des Casques bleus dont la présence sur le sol centrafricain n’a d’autres objectifs que d’aider le pays à sortir de l’engrenage de la violence et contribuer au retour d’une paix et d’une stabilité durables en République centrafricaine ? ». La réponse est simple : l’ONU joue un rôle primordial pour que la Centrafrique ne sombre pas dans le chaos absolu recherché par tant de groupes armés.

Publié le 18 mai 2018 à 9 h 22 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.