A LA UNE

Un referendum constitutionnel bien encadré au Burundi ?

Un referendum constitutionnel bien encadré au Burundi ?

Le referendum constitutionnel du 17 mai 2018 a enfin été encadré par un décret présidentiel délimitant la prochaine et courte campagne électorale. Les électeurs burundais auront le choix entre « oui » et « non », mais nul ne sait encore quelle sera la question posée et encore moins le contenu détaillé du changement de Constitution. Même si l’opposition est vent debout, il est probable qu’une large victoire du « oui » couronnera les intentions du président Nkurunziza.

 

Selon le décret présidentiel qui vient juste d’être publié, la campagne relative au referendum constitutionnel aura lieu du 1er au 14 mai. Le scrutin aura lieu le jeudi 17 mai. Le décret vient encadrer toute la campagne et le scrutin au cours duquel les électeurs devront glisser dans l’urne un bulletin « oui » ou « non » en fonction de leurs convictions politiques.

 

Il s’agit en fait d’un referendum autour de la personne du président Pierre Nkurunziza. Si ce dernier parvient à convaincre une majorité de votants, il pourra briguer quatorze années supplémentaires à la tête du pays (soit deux septennats). Le chef de l’Etat n’a pas encore indiqué son souhait de se représenter, mais l’opposition, échaudée par trois années de conflit estime que le président se prépare à un nouveau coup de force. Ce referendum est perçu comme une manière de conserver le pouvoir ad vitam aeternam.

 

Le décret présidentiel est équilibré dans sa rédaction et appelle au respect des règles démocratiques de la part de chacun. Pourtant le fil de la confiance est rompu et nul ne peut assurer que le scrutin se déroulera dans des conditions normales dans un pays en quasi guerre civile.

Publié le 24 avril 2018 à 9 h 01 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.