A LA UNE

Les évêques tchadiens contre la réforme constitutionnelle

Les évêques tchadiens contre la réforme constitutionnelle

Les évêques tchadiens réunis en conférence épiscopale ont fait part de leur vive inquiétude concernant la réforme prochaine de la Constitution. Cette réforme permettrait au président Idriss Déby de briguer deux nouveaux mandats à compter de 2021 ce qui pourrait, en théorie, lui donner la possibilité de présider les destinées du Tchad de 1990 à 2033. Les évêques souhaites a minima un referendum et non une modification constitutionnelle via le Parlement.

 

Le Tchad est dans une situation polito-sociale compliquée. Les députés n’ont pas vu leur mandat renouvelé depuis 2015 comme cela était prévu par la loi électorale, mais ils continuent de siéger et de voter les lois. Plus incongru encore, ils sont appelés à se prononcer sur la réforme constitutionnelle dessinée par l’exécutif. Une réforme dénoncée par l’opposition qui pourrait permettre au président Déby de se maintenir au pouvoir au moins jusqu’en 2033.

 

Les évêques tchadiens font entendre leur voix et estiment que cette réforme « risque de fausser gravement les règles du jeu démocratique ». Ils déplorent également qu’ « une grande partie de la population tchadienne ignore complètement ce qui se passe » et jugent nécessaire le recours à un referendum. Cette prise de position risque fort de ne pas être entendue par le pouvoir qui explique que les élections législatives n’ont pas été mises en place faute de budget.

 

Le Tchad s’achemine vers un régime présidentiel sans beaucoup d’espoirs de voir une opposition respectée et écoutée par un pouvoir toujours plus autoritaire.

Publié le 22 avril 2018 à 10 h 32 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.