A LA UNE

Paul Kagamé en croisade contre le fait religieux ?

Paul Kagamé en croisade contre le fait religieux ?

Très actif sur le plan international, Paul Kagamé n’en oublie pas de s’attaquer aux problèmes intérieurs. L’émergence de nombreux lieux de cultes dans le pays est considérée comme un problème et plus de 6 000 d’entre eux ont été fermés au cours de ces derniers mois. Plusieurs raisons ont été invoquées par les autorités, mais certains y voient une nouvelle attaque contre les libertés.

 

Environ 6 000 églises et une centaine de mosquées auraient été fermées par la police au cours de ces derniers mois. En mars dernier, le président rwandais s’interrogeait sur l’existence de 700 églises à Kigali : « Je ne pense pas que nous ayons autant de forages. Avons-nous même autant d’usines ? Cela est un gâchis ». Paul Kagamé a poursuivi en affirmant qu’un nombre aussi élevé de lieux de culte nécessitait des fonds pour leur entretien et qu’un pays comme le Rwanda n’est pas (encore) en mesure de remplir cet objectif.

 

Si aucun décompte officiel n’a été donné, la presse locale avance le chiffre de plus de 6 000 lieux de culte fermés. Dans un premier temps, les autorités ont déclaré que les édifices n’étaient pas aux normes de sécurité. Il est désormais exigé pour toute église d’être équipé d’un paratonnerre afin d’éviter un autre drame comme dans le sud du pays (16 morts et une centaine de blessés) il y a quelques semaines.

 

L’absence de connaissance en théologie est également évoquée et seuls les pasteurs diplômés auront le droit d’ouvrir une église. Une mesure jugée nécessaire par certains qui dénoncent un business de la foi, mais qui inquiète d’autres qui y voit une barrière économique en raison du coût du diplôme. La position du gouvernement risque de froisser encore certaines susceptibilités et le pouvoir sait que les questions religieuses sont à manier avec une grande précaution.

Publié le 5 avril 2018 à 10 h 08 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.