Dominique Ouattara et l’Afrique se mobilisent pour l’éducation

Dominique Ouattara et l’Afrique se mobilisent pour l’éducation

Face à l’explosion démographique à venir en Afrique, l’éducation des générations futures revêt un caractère décisif. Il en va en effet de l’avenir du continent. Heureusement, plusieurs signes encourageants laissent espérer un scénario optimiste, à l’image des initiatives de Dominique Ouattara et de Didier Drogba en Côte d’Ivoire.

 

Ce n’est un secret pour personne : la population africaine est appelée à se multiplier dans les prochaines décennies. Avec 1,2 milliard d’habitants en 2017, l’Afrique devrait voir sa démographie doubler d’ici 2050, et même quadrupler à l’horizon 2100, pour abriter près de 4,4 milliards de personnes, soit plus d’un tiers de l’Humanité.

 

Pour ce continent aux richesses naturelles immenses, le défi démographique comporte autant d’opportunités que de menaces. Afin de le relever avec succès, l’éducation de la jeunesse, au même titre que la santé, la sécurité ainsi qu’une croissance durable et inclusive, est un domaine qui mérite une attention toute particulière. Une réalité que le continent a d’ores et déjà bien compris.

 

À ce titre, le Forum mondial de Dakar, qui s’est tenu en 2000, a permis de mobiliser bon nombre d’acteurs. En particulier les États africains, qui ont depuis pris leurs responsabilités en affectant une part majorée de leur budget au renforcement de leur système éducatif. Malgré le faible niveau des PIB nationaux, la part des dépenses publiques consacrées à l’éducation s’élève ainsi à près de 17 % en Afrique, contre 11,8 % en Europe et 14,1 % en moyenne dans le monde.

 

Les populations africaines apportent elles aussi leur pierre à l’édifice en consacrant entre 33 et 57 % de leurs revenus aux frais de scolarité de leurs enfants. Un effort conséquent, qui n’est toutefois pas suffisamment soutenu par la communauté internationale. Alors que plus d’un enfant d’Afrique subsaharienne sur cinq et plus d’un adolescent de 12 à 14 ans sur trois ne vont pas à l’école, la Conférence sur le partenariat mondial pour l’éducation (PME) est venue rappeler, début février, à Dakar toujours, que le budget de l’aide publique au développement (APD) contribuait à hauteur de moins de 7 % à l’éducation, soit autant que pour le transport et deux fois moins que pour la santé. Le manque de moyens financier et humain demeure pourtant criant : d’après les chiffres de la Banque mondiale, dans cette région, on compte un enseignant pour 42 élèves, contre 1/15 en Europe, en Asie centrale et en Amérique du Nord.

 

Dominique Ouattara et Didier Drogba mobilisés pour la Côte d’Ivoire

 

Fort heureusement, la mobilisation d’acteurs locaux ne faiblit pas, au contraire. Certaines initiatives font même office d’exemples, capables d’inspirer le reste de la société civile. C’est notamment le cas des actions de Dominique Ouattara.

 

L’actuelle première dame ivoirienne, Dominique Ouattara, est depuis 20 ans à la tête de la fondation Children of Africa – dont ses deux enfants, Loic Folloroux et Nathalie folloroux sont Vice-présidents -, qui œuvre pour le bien-être des enfants et des femmes dans une dizaine d’États d’Afrique de l’Ouest.

 

Très active dans le domaine de la santé via des campagnes de vaccination, de dépistage et la prise en charge gratuite des malades, l’organisation de Dominique Ouattara dispose aussi d’un programme éducatif d’envergure, qui a déjà bénéficié à plus de 200 000 jeunes africains. Chaque année, plus de 12 000 kits scolaires sont ainsi distribués dans une quarantaine de villes de Côte d’Ivoire afin d’inciter les familles à envoyer leurs enfants à l’école.

 

Depuis 10 ans, huit Bibliobus équipés de milliers de livres, d’ordinateurs et de vidéoprojecteurs sillonnent également les quartiers défavorisés et les campagnes ivoiriennes pour encourager l’apprentissage de la lecture.

 

Toujours en Côte d’Ivoire, une autre personnalité locale multiplie les actions en faveur de l’éducation à l’échelle du pays. Il s’agit du footballeur ivoirien Didier Drogba, qui a inauguré en janvier dernier une nouvelle école dans le village de Pokou-Kouamékro, à 300 km au nord-ouest d’Abidjan. Grâce à cet établissement doté de six salles de classe, d’une cantine, de latrines, de trois maisons pour les enseignants et, bien évidemment, d’un terrain de football, les enfants du village n’auront plus à parcourir 15 km par jour pour aller en cours, comme ils y étaient contraints auparavant.

 

Pour mener à bien ce projet visant indirectement à éloigner les enfants ivoiriens des plantations de cacao, dans lesquelles 300 000 à un million d’entre eux travaillent, l’ancien attaquant star de Chelsea, de Marseille et des Éléphants ivoiriens a mobilisé le groupe Nestlé et l’Initiative internationale pour le cacao (ICI) autour de sa propre fondation afin de lever les fonds nécessaires à la construction de l’école.

 

« Didier Drogba est un modèle de courage, d’abnégation, de don de soi et d’excellence, rend hommage Euphrasie Aka, coordinatrice de l’ICI. Nous voulons faire de cette école un pôle d’excellence dans cette région productrice de cacao. » Ce genre d’initiatives doit être promulgué et érigé en exemple sur un continent qui s’apprête à relever l’un des plus importants défis de son histoire.

 

Léon Konaté

Publié le 28 février 2018 à 11 h 43 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.