A LA UNE

Génocide rwandais : le rôle trouble de Bob Denard

Génocide rwandais : le rôle trouble de Bob Denard

Bob Denard est un nom associé à la Françafrique. Connu pour être un « corsaire de la République », il a été mêlé à plusieurs coups d’Etat sur le continent africain. Décédé en 2007, son nom revient pourtant au cœur de l’actualité en raison de la publication de documents troublants par l’ONG Survie. Bob Denard aurait été fortement rétribué sous un faux nom par le gouvernement génocidaire rwandais. Nul ne sait ce qu’il a fait au Rwanda, mais son passif et ses possibles liens avec l’Etat français relancent la machine à suspicions.

 

Les fantômes du génocide rwandais sont encore bien présents. Paris et Kigali entretiennent des relations compliquées et les révélations de l’association Survie ne devraient pas faciliter un rapprochement entre les deux capitales. Kigali accuse Paris d’avoir aidé les génocidaires en 1994 et la figure de Bob Denard s’impose de nouveau avec la publication de documents d’identité prouvant que le mercenaire a fait affaire avec le gouvernement génocidaire. Le 13 septembre 1994, une lettre du ministre de la Défense en exil évoque un contrat de 300 000 dollars passé avec une société appartenant en réalité à Bob Denard.

 

Un nom déjà bien connu, mais camouflé sous l’identité d’un certain Robert Bernard Martin. Un nom d’emprunt titulaire d’un faux passeport délivré par la préfecture des Hauts-de-Seine. Cet élément alimente les soupçons d’une implication de l’Etat français dans cette affaire. Bob Denard a également reçu un virement de plus d’un million de francs de la part de l’ambassade du Rwanda à Paris. Toutefois, personne ne sait à quel service rendu correspond cette forte somme. Le mystère autour de Bob Denard reste toujours entier, mais sa participation dans cette page sanglante de l’histoire rwandaise ne semble plus faire aucun doute.

Publié le 3 février 2018 à 10 h 26 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.