A LA UNE

Arrestation du président de la « République d’Ambazonie »

Arrestation du président de la « République d’Ambazonie »

C’est une nouvelle qui va faire couler beaucoup d’encre au Cameroun. Sisiku Julius Ayuk Tabe aurait été arrêté au Nigeria en compagnie de neuf membres de son organisation alors qu’ils se réunissaient pour discuter de la situation des réfugiés camerounais dans ce pays. Sisiku Julius Ayuk Tabe n’est autre que le président de l’auto-proclamée « République d’Ambazonie », une large bande de territoire camerounais revendiqué par les indépendantistes anglophones.

 

Les prochaines heures risquent d’être bien confuses au Cameroun où les régions anglophones sont en crise ouverte avec le pouvoir central depuis plusieurs mois. Le président de la République auto-proclamée d’Ambazonie aurait été arrêté au Nigeria ce vendredi selon un communiqué de presse diffusé par le mouvement indépendantiste. Ce dernier avait illégalement proclamé l’indépendance le 1er octobre 2017 des régions anglophones regroupées sous le nom de République d’Ambazonie.

 

Régulièrement pointé du doigt pour être une possible base arrière de groupes (armés) indépendantistes, le Nigeria aurait donc choisi son camp. L’organisation indépendantiste devra certainement trouver de nouvelles manières de fonctionner.

 

Ce sont en tout dix cadres du mouvement qui seraient sous les verrous bien qu’aucune information officielle n’ait été donnée par les autorités nigérianes et camerounaises. Toutefois, si ces arrestations venaient à être confirmées, elles pourraient avoir de graves conséquences sur la crise actuelle. Une opération ville morte pendant trois jours a d’ores et déjà été lancée. Le dialogue avec Paul Biya semble compliqué même s’il a laissé la porte ouverte à l’occasion de ses vœux présidentiels :  « Le dialogue a toujours été et restera toujours pour moi la voie privilégiée de résolution des problèmes, pour autant qu’il s’inscrive strictement dans le cadre de la légalité républicaine ». Espérons que toutes les parties sauront dialoguer rapidement afin d’empêcher de nouvelles effusions de sang.

Publié le 9 janvier 2018 à 8 h 01 min par La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.