Tchad : le Parlement adopte une nouvelle Constitution

Tchad : le Parlement adopte une nouvelle Constitution

Les députés tchadiens ont adopté lundi une nouvelle Constitution instaurant un « régime présidentiel intégral ». L’opposition a boycotté le vote.

 

Le projet de loi constitutionnelle proposé par le président tchadien Idriss Déby Into a été approuvé par 132 voix pour, 2 contre. « Tout en félicitant le peuple tchadien pour son aspiration au progrès, la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale lui exprime son admiration et l’invite à demeurer mobilisé derrière le président de la République afin de relever tous les défis à venir », s’est enthousiasmé le président du groupe parlementaire MPS, le député Ali Kolotou Tchaïmi.

 

Le texte prévoit que le mandat du président durera désormais 6 ans, renouvelable une fois – contre 5 ans renouvelable indéfiniment comme le prévoyait l’ancienne loi fondamentale. Le gouvernement sera désormais responsable devant l’Assemblée nationale et que les députés seront élus au suffrage universel direct. En outre, les ministres, nommés par le président, prêteront serment devant celui-ci.

 

L’opposition, des membres de la société civile et l’Eglise catholique avaient demandé sans succès que la Constitution soit adoptée par référendum. Pour la conférence épiscopale, l’adoption du texte par l’Assemblée « risque de fausser gravement les règles du jeu démocratique ». Aussi, la majorité des 33 élus de l’opposition ont boycotté le vote.

 

« L’ensemble des partis politiques de l’opposition a voulu manifester ce (lundi) matin devant l’Assemblée nationale, pour protester contre le vote à l’Assemblée, mais les forces armées étaient présentes tout autour du parlement », a indiqué le porte-parole de l’UNDR, Tchindebbé Patalle. L’opposant Mahamat Ahmat Alhabo qui a essayé d’entrer dans l’hémicycle a été expulsé.

Publié le 1 mai 2018 à 14 h 04 min par La Rédaction

Laisser un commentaire