Vincent Bolloré en garde à vue

Vincent Bolloré en garde à vue

Le milliardaire et très puissant industriel français Vincent Bolloré est en garde à vue depuis hier. Son groupe, fortement implanté en Afrique, est suspecté de corruption auprès de certains agents afin de faciliter la conclusion de plusieurs marchés. Les enquêteurs sont remontés jusqu’à Vincent Bolloré et de hauts dirigeants de Havas après avoir scruté les relations de l’homme d’affaires franco-espagnol Francis Perez.

 

Les juges d’instruction auraient-ils mis le doigt sur des affaires embarrassantes pour Vincent Bolloré ? L’homme d’affaires qui fait partie des plus grandes fortunes françaises est très bien implanté sur le continent africain. Il côtoie les personnalités du continent et décroche régulièrement de juteux contrats notamment dans le domaine portuaire. C’est d’ailleurs dans ce secteur que les juges d’instruction questionneraient Bolloré au sujet des concessions obtenues à Lomé en 2009 et Conakry en 2010.

 

La justice française soupçonne Bolloré de « corruption d’agents publics étrangers ». Jean-Philippe Dorent et Gilles Alix, respectivement responsable du Pôle international chez Havas et directeur général du groupe Bolloré sont également entendus par les enquêteurs. Havas aurait sous-facturé des services afin d’aider à l’obtention de contrats pour des concessions portuaires. Le groupe Bolloré a formellement réfuté ces informations dans un communique de presse.

 

Il est impossible de dire pour le moment si cette affaire aura des suites. Tous les acteurs africains liés au groupe Bolloré regarderont de près le dossier une fois les grandes lignes connues de tous, car Vincent Bolloré est un industriel qui compte et qui est craint sur le continent africain et en France. Si la poursuite de la garde à vue ne constitue pas un signe positif pour le milliardaire, elle ne préjuge toutefois pas d’une mise en examen. Les cartes sont entre les mains des juges et nul ne sait quel atout sera utilisé et à quel moment. Affaire à suivre.

Publié le 25 avril 2018 à 9 h 01 min par La Rédaction

Laisser un commentaire