La Gécamines répond aux accusations du rapport Carter

La Gécamines répond aux accusations du rapport Carter

La compagnie Gécamines en charge du secteur minier au Congo a enfin réagi aux accusations du Centre Carter qui l’accuse de dilapider à des fins privées l’argent qui doit revenir à l’Etat. Le démenti est catégorique et le directeur de la firme, Albert Yuma assure par ailleurs que les partenariats noués depuis le début des années 2000 ont été très mauvais pour la Gécamines et l’Etat congolais, mais qu’une révision des politiques avait été entreprise et donnerait prochainement des résultats très positifs.

 

Qu’est donc vraiment la Gécamines ? Une structure qui permet à des dirigeants congolais de s’enrichir illégalement ou une entreprise qui a été roulée dans la farine par ses partenaires, mais qui compte bien changer la donne ? Selon le Centre Carter, la nature de la Gécamines ne fait aucun doute. Entre 2011 et 2014, 750 millions de dollars de revenus auraient été dissimulés. Des accusations graves auxquelles a finalement répondu la Gécamines dans un communiqué de presse publié trois semaines après la sortie du Centre Carter.

 

Aucun élément du rapport n’échappe à la réponse en bloc de la Gécamines. « Ce rapport qui se voudrait une revue critique du secteur minier en République démocratique du Congo, s’avère n’être qu’un rapport à charge contre Gécamines ». « Trois faiblesses fondamentales » sont soulignées à savoir une « exploitation opportunément approximative des chiffres et données statistiques », « une description partielle et orientée du statut de Gécamines» et « une vision idéologique du secteur minier en RDC ». Parmi les « erreurs et contre-vérités » présentes dans le rapport, la Gécamines souligne que les partenariats conclus entre 2009 et 2014 « s’élèvent à 1.294.125.346 » dollars, soit « 281 millions » de moins qu’annoncé par le rapport Carter. La contribution au budget de l’Etat est estimé à 372 122 443 dollars, c’est-à-dire « 100 fois plus » que ce qui est avancé dans le rapport.

 

Le directeur de la Gécamines a confirmé la position tracée dans le communiquée et a indiqué que les accusations de détournement d’argent était « une idiotie, un mensonge, une incompétence (…) Pas un dollar ne manque. Tout l’argent est enregistré dans les comptes de la Gécamines ». De l’argent réutilisé sous forme d’investissements (860 millions de dollars). Toutefois Albert Yuma se dit peu satisfait du fonctionnement actuel. « Dans la plupart de nos partenariats, pour ne pas dire tous, nous n’avons jamais touché de dividendes et l’Etat n’a jamais touché d’impôts ». C’est pourquoi le géant congolais va «  revoir, pas renégocier, c’est nous qui allons désormais fixer les termes » – les « conditions » des partenariats qui lient l’entreprise congolaise à des sociétés minières privées ». Affaire à suivre !

Publié le 25 novembre 2017 à 10 h 24 min par La Rédaction

Laisser un commentaire