Vers un sommet majeur de la Cemac à N’djamena

Vers un sommet majeur de la Cemac à N’djamena

Le 30 octobre prochain, le Tchad accueillera un sommet exceptionnel de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale afin de relancer son processus d’intégration.

 

Où en est l’intégration au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) ?  A part la question de la libre circulation, la plupart des chantiers semblent à l’arrêt depuis quelques années. La fusion des deux bourses n’a pas eu lieu, et les négociations sur les accords de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne sont au point mort.

 

Cette stagnation est due à la crise des prix des matières premières qui a lourdement impacté la région et les manques de change et aux différentes crises politiques qui se sont développées en Afrique centrale. Obnubilés par ces tempêtes, les pays ont laissé de côté un temps leurs efforts de coordination. Ce sommet extraordinaire ambitionne de relancer la machine de l’intégration.

 

Plusieurs dossiers « existentiels » seront à l’ordre du jour :

 

  • le Cameroun et la Guinée équatoriale doivent encore mettre en œuvre la liberté de circulation des pays membres ;
  • les modalités de la Taxe communautaire d’intégration, destinée notamment à couvrir les dépenses de fonctionnement de l’organisation, doivent être discutées dans ce contexte de crise ;
  • de nouveau commissaires doivent être mandatés pour le nouvel exercice, qui débute en janvier 2018.
Publié le 26 octobre 2017 à 10 h 36 min par La Rédaction

Laisser un commentaire