L’entrée polémique de la RDC au Conseil des droits de l’Homme

L’entrée polémique de la RDC au Conseil des droits de l’Homme

L’élection de la République Démocratique du Congo au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU n’est pas passée inaperçue. Largement élu, le pays est pourtant régulièrement dénoncé pour les exactions commises essentiellement par des forces loyalistes. Les Etats-Unis et des ONG se sont opposés en vain à une arrivée qui fait polémique et qui fragilise une institution déjà marquée par la présence d’Etats peu regardants en matière de respect des droits de l’Homme.

 

L’ONU n’en est pas à sa première polémique, mais celle visant la RDC et son entrée au Conseil des droits de l’Homme a matière à faire du bruit. Le pays, empêtré dans des violences dans la région du Kasaï, a postulé avec succès au Conseil des droits de l’Homme. Cette instance onusienne comprend 47 membres au mandat limité dans le temps. Cette année, 13 sièges se libéraient dont 4 réservés à l’Afrique afin de suivre une répartition géographique équitable. Parmi les 4 heureux élus on retrouve le Sénégal, l’Angola, le Nigeria et donc la République Démocratique du Congo.

 

Ce dernier a été le moins bien élu avec 151 voix contre environ 188 pour les trois autres pays africains. Toutefois, la majorité des 97 voix a largement dépassé au grand dam des Etats-Unis qui ont voté contre (il n’existe pas de droit de veto pour cette instance). Nikki Haley, ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU a déclaré : « Quand des pays du groupe Afrique avancent la candidature d’un pays comme la République démocratique du Congo pour qu’il devienne membre du Conseil des droits de l’Homme, cela n’affaiblit pas seulement cette institution, mais alimente également le conflit qui provoque tant de souffrances sur ce continent ». Des paroles qui s’inscrivent dans la série de découvertes d’atrocités pour la plupart attribuées par des forces gouvernementales. Human Rights Watch rappelle que près de 90 fosses communes ont été recensées en RDC et devraient priver le pays de siéger au Conseil des droits de l’Homme.

Publié le 18 octobre 2017 à 10 h 04 min par La Rédaction

Laisser un commentaire