Législatives au Congo : le Parti congolais du travail pressenti pour une victoire confortable

Législatives au Congo : le Parti congolais du travail pressenti pour une victoire confortable

Les électeurs congolais ont voté pour le second tour des législatives dimanche. Malgré des incidents isolés, le scrutin a pu être tenu, pour, sans nul doute, conforter l’hégémonie du Parti congolais du travail (PCT) du président Denis Sassou-Nguesso.

 

Les congolais sont repartis aux urnes, ce 30 juillet 2017, pour départager les candidats en ballottage des 47 circonscriptions électorales restantes du premier tour. Le scrutin s’est globalement déroulé librement et dans la grande satisfaction – bien que la participation ait été basse. Aussi, il est fort à parier devant cet engouement assez timide que le parti au pouvoir, de Denis Sassou-Nguesso, sorte encore renforcé après ce vote.

 

Le Parti congolais du travail (PCT) a déjà obtenu 70 sièges sur 151 au premier tour le 16 juillet, contre sept pour l’Union des démocrates et humanistes (UDH-Yuki), et trois pour l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads, première formation d’opposition). Le Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral n’a quant à lui obtenu aucun siège. Son actuel dirigeant, le ministre du Commerce Euloge Landry Kolélas, a été battu dès le premier tour.

Publié le 2 août 2017 à 8 h 07 min par La Rédaction

Laisser un commentaire