L’axe Paris-N’Djamena renforcé contre le terrorisme

L’axe Paris-N’Djamena renforcé contre le terrorisme

La nouvelle ministre française de la Défense entame une importante tournée africaine où le rôle de la France dans la lutte contre le terrorisme sera âprement discuté. Des négociations hors caméra qui ont commencé à N’Djamena et une rencontre avec le président Idriss Déby. La ministre a tenu a rassurer son interlocuteur après des rumeurs et annonces plutôt négatives pour les partenaires de la France.

 

Florence Parly est arrivée au Tchad avec la volonté ferme de rassurer le président Déby quant aux intentions de la France. La baisse sensible du budget de la Défense et la crise au plus haut niveau de l’Etat major français ont suscité des craintes légitimes chez les partenaires africains de Paris en prise avec la menace terroriste. La ministre française a déclaré : « Après le sommet de Bamako (Mali), il est important de venir faire le point avec le général qui va commander cette force G5 Sahel sur les étapes qui étaient franchies puisque un calendrier précis a été fixé par le président français en lien avec ses homologues du G5, pour rendre cette force aussi concrète que possible ».

 

La force du Sahel comprend 5 000 hommes, mais doit encore assurer des financements à hauteur de 423 millions d’euros. Le Tchad, grand leader régional dans la lutte contre le terrorisme est un allié de premier ordre qui abrite par ailleurs la force française Barkhane. La ministre a justement souligné les liens « anciens et efficaces » qui unissent les deux pays. La lutte contre le terrorisme devrait éclipser les questions de plus en plus lancinantes qui se posent sur la nature du régime d’Idriss Déby. Les ONG dénoncent un durcissement du pouvoir où le terrorisme est utilisé comme un prétexte. Mais l’heure est au resserrement des liens entre la France et le Tchad et les questions de politique intérieure sont peu évoquées.

Publié le 31 juillet 2017 à 10 h 00 min par La Rédaction

Laisser un commentaire