Une CAN 2019 à 26 équipes : le Cameroun peut-il le faire ?

Une CAN 2019 à 26 équipes : le Cameroun peut-il le faire ?

Coup de chaud pour le comité en charge de la CAN 2019 qui se déroulera au Cameroun. La CAF a annoncé un changement important du cahier des charges puisque la compétition mettra aux prises non pas 16 équipes, mais 24. Une évolution de taille qui n’était pas prévue et qui met le Cameroun dans l’embarras avec deux stades nouveaux à construire en urgence.

 

Quelle mouche a bien pu piquer le comité exécutif de la CAF en décidant unilatéralement d’inclure huit nouvelles équipes à la CAN 2019 ? C’est la question qui a traversé tous les esprits camerounais dont le président de la Fédération camerounaise de football, Tombi A Roko, qui a réagi ainsi. « Le Cameroun est une locomotive du football africain. La meilleure manière pour nous de soutenir la vision du nouveau président de la CAF, c’est d’accepter ce nouveau format et ses nouvelles dates et je pense que c’est un défi largement à la portée du Cameroun, qui est un grand pays ». Pas de scandale donc du côté camerounais, mais un sacré défi à surmonter, car les délais sont très courts.

 

Afin de pouvoir accueillir 24 équipes, deux nouveaux stades répondant aux normes de la CAN vont devoir être construits ou rénovés. Le chantier est immense d’autant plus que les infrastructures pour accueillir les entraînements et héberger les athlètes doivent être prêtes à temps. S’il assure que ce challenge inattendu sera relevé par le Cameroun et le président Paul Biya, Tombi A Roko n’est pas sans savoir que la planche a peut-être été savonnée par le Maroc.

 

En effet, le Maroc souhaitait organiser la compétition après l’avoir laissé échappée en 2017 en raison des risques liés au virus Ébola. La pilule administrée par Issa Hayatou avait été mal digérée par des instances marocaines qui sont parvenues entre temps à faire grandir largement leur influence au sein de la CAF. Les difficultés à venir pour le Cameroun permettraient peut-être au Maroc de récupérer la CAN 2019 s’il advenait que le nouveau cahier des charges était trop lourd pour le pays d’Afrique centrale. Une éventualité qui n’est pas à écarter d’autant plus que la CAF prévoit une visite des sites en septembre prochain. Un délai très court pendant lequel aucune solution miracle ne pourra être présentée par les Camerounais pour assurer les visiteurs de l’excellence de la préparation d’une CAN 2019 déjà pleine de surprises.

Publié le 24 juillet 2017 à 10 h 07 min par La Rédaction

Laisser un commentaire