RDC : les élections devront attendre

RDC : les élections devront attendre

Censés se rendre dans les bureaux de vote afin de renouveler l’ensemble de leurs représentants dont le président de la République, les Congolais vont devoir encore patienter. En effet, le président de la Commission électorale nationale indépendante a annoncé que les élections ne pourraient pas avoir lieu avant la fin de l’année comme le prévoyaient les accords de la Saint-Sylvestre. L’opposition dénonce avec force une manœuvre visant à protéger le président Joseph Kabila.

 

L’annonce par Corneille Nangaa, président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a été reçue avec une extrême froideur de la part de l’opposition congolaise. Felix Tshisekedi, principale figure de l’opposition ne mâche pas ses mots et assure que la décision de ne pas recourir à des élections en 2017 est une « déclaration de guerre ». Les mots sont forts, mais peut-être à la hauteur des enjeux tant la situation risque de se tendre en République démocratique du Congo.

 

C’est d’ailleurs pour des raisons de sécurité qu’aucun scrutin ne devrait avoir lieu avant la fin de l’année selon la Céni. Corneille Nangaa s’appuie sur le fait que plusieurs régions du pays dont le Kasaï ne seraient pas prêtes à accueillir des élections dans de bonnes conditions sécuritaires des participants. Une raison qui ne convainc pas Hubert Tshiswaka, directeur de L’Institut de recherche en droits humains (IRDH). Il estime qu’ « Il  n’y a aucun rapport, il n’y a aucune documentation qui peut soutenir une telle initiative de reporter les élections […] D’une part, le gouvernement est en train de dire qu’il a déjà reconquis tout le territoire national. Il a déjà rétabli l’autorité de l’Etat dans le Kasaï. On a organisé les examens des élèves dans cette partie de la république. Lui [Corneille Nangaa] est en train de dire que l’Etat n’a pas la possibilité d’accéder à cette partie de la République. Donc, il est en train de contredire le rapport du gouvernement ».

 

L’argument est imparable, mais ne devrait pas émouvoir la Céni ou même le pouvoir qui par cette mesure semble vouloir s’accrocher coûte que coûte. La RDC risque de vivre des semaines encore plus tendues et seule l’annonce des élections pourra calmer des esprits prêts à en venir à des mesures extrêmes et violentes.

Publié le 10 juillet 2017 à 9 h 13 min par La Rédaction

Laisser un commentaire