La RDC cherche des soutiens face aux sanctions occidentales

La RDC cherche des soutiens face aux sanctions occidentales

Depuis juin 2016, 17 responsables congolais proches du régime de Joseph Kabila ont fait l’objet de lourdes sanctions de la part des États-Unis et de l’Union européenne. Une situation d’ingérence inacceptable pour le pouvoir congolais, qui est allé plaider sa cause auprès de l’Union Africaine.

 

Le président de la République Démocratique du Congo, Jospeh Kablia, a décidé de profite de la tenue du 29e sommet des chefs d’États et des gouvernements de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba (Éthiopie) pour mobiliser ses homologues alors que le reste de la communauté internationale lui tourne le dos. De fait, Kinshasa ploie sous le coup de plusieurs vagues de sanctions mises en place par l’Union Européenne et les Etats-Unis.

 

Ces sanctions visent des officiels congolais dont certains ministres en fonction accusés entre autres d’empêcher la décrispation du climat politique en RDC, de participer aux faits des violences de la police sur les populations et à l’exactions de l’armée sur des populations civiles au centre et à l’est du pays.  Les personnes visées ont l’interdiction de se rendre – y compris pour y transiter – aux États-Unis ou dans les pays de l’UE. Kinshasa dénonce pour sa part « l’ingérence étrangère dans les affaires d’un État souverain ».

Publié le 4 juillet 2017 à 20 h 50 min par La Rédaction

Laisser un commentaire