Deux ans de prison pour Samuel Mebiame

Deux ans de prison pour Samuel Mebiame

Le Franco-Gabonais et fils d’un ancien Premier ministre du Gabon, Samuel Mebiame a écopé de deux années de prison pour ses activités illégales dans le cadre du fonds d’investissements américain Och-Ziff. Jugé pour corruption par un tribunal américain, Samuel Mebiame a bénéficié d’un verdict plutôt clément car il n’est qu’un rouage d’un système plus large selon son avocat.

 

La corruption peut mener à la prison. C’est ce que devront retenir les personnes indélicates qui pensent que l’Afrique est à vendre après le procès de Samuel Mebiame. Le Franco-Gabonais dont le père a été ministre du pays au perroquet gris entre 1975 et 1990 vient d’être condamné à deux ans de prison par un tribunal fédéral new-yorkais. Samuel Mebiame avait plaidé coupable, le 9 décembre dernier, pour faits de corruption qui lui étaient reprochés au Tchad, en Guinée et au Niger. Des centaines de personnes auraient été payées pour accorder des concessions minières à son employeur, le fonds d’investissements américain Och-Ziff.

 

Deux années contre cinq réclamées par le procureur. Samuel Mebiame pourrait sortir dans une dizaine de mois car il est déjà incarcéré depuis fin 2016 et peut bénéficier de remises de peine. Une courte peine pour celui qui a avoué qu’environ 100 millions de dollars ont servi à la corruption par sa seule entreprise sur le continent africain entre 2007 et 2011. Son avocat a souligné que « le juge a pris la mesure d’un système de corruption plus vaste, dans lequel Samuel Mebiame n’était qu’un très modeste rouage, contrairement à ce que prétendait le procureur, qui le présentait à tort comme la tête de pont ». D’autres procès pourraient avoir lieu si la justice américaine parvient à dégager des preuves tangibles contre d’autres individus liés au condamné. Affaire à suivre donc. Certains doivent avoir des sueurs froides. Samuel Mebiame, lui, dort paisiblement dans une cellule américaine.

Publié le 2 juin 2017 à 10 h 23 min par La Rédaction

Laisser un commentaire