Tensions accrues entre les médecins grévistes et le Gouvernement

Tensions accrues entre les médecins grévistes et le Gouvernement

Le nouvel appel à la grève lancé par le Syndicat des Médecins du Cameroun (Symec) pour la période du 15 mai au 17 mai est bien suivi par les professionnels de Santé. A tel point que ce nouvel épisode de grève a été précédé d’une réponse musclée de la part du ministre de la Santé, lequel commence à procéder à des réquisitions de médecins. Une réponse qui signe la volonté d’en finir par la force avec un mouvement qui dessine en creux les difficultés de tout un pays.

 

Après la grève des médecins du 15 avril au 17 avril, le Cameroun entre dans une seconde phase d’un conflit historique entre le gouvernement et le Syndicat des Médecins du Cameroun (Symec). L’appel à la grève du mois dernier a été très bien suivi, mais le Gouvernement camerounais n’a pas montré une réelle volonté de dialogue avec les médecins. C’est pourquoi ces derniers ont repris la grève depuis deux jours. Ils réclament de meilleures conditions de travail, car même dans les centres médicaux de pointe, la situation du personnel est alarmante.

 

Le Gouvernement n’a jusque-là pas été sensible aux revendications des grévistes et s’est même lancé dans un bras de fer en publiant le 11 mai dernier un arrêté qui a mis le feu aux poudres. Ainsi, certains leaders charismatiques du mouvement ont été – étrange hasard – réquisitionnés pour s’occuper de dispensaires situés dans des zones particulièrement reculées et qui manquent absolument de tout. A titre d’exemple, un neurochirurgien reconnu est envoyé dans un dispensaire démuni de tout alors que les hôpitaux du pays manquent déjà de ce type de spécialistes. Une telle réponse de la part du Gouvernement n’a eu pour effet que de tendre la relation avec le Syndicats. L’Etat doit jongler entre les crises et l’absence de solutions pourrait entraîner des troubles sociaux d’envergure au cours des prochains mois.

Publié le 17 mai 2017 à 8 h 00 min par La Rédaction

Laisser un commentaire