Le port de Kribi attend toujours

Le port de Kribi attend toujours

Terminés il y a deux ans, les travaux d’aménagement du tout nouveau port en eau profonde de Kribi n’ont toujours pas été suivis d’effet. Le port est prêt à recevoir des navires, mais n’est actif que pour des exercices de simulation. Tous les regards sont tournés vers le Gouvernement camerounais qui n’a pas encore donné son feu vert pour débuter l’exploitation d’un port de Kribi à la pointe de la modernité.

 

Entamés en 2010, les travaux impressionnant pour faire sortir de terre un port en eau profonde à Kribi ont été conclus en 2015. Financé par l’établissement chinois Eximbank China, ce projet au coût global de 200 milliards de Fcfa est, aujourd’hui, un coup d’épée dans l’eau. Deux ans après la fin des travaux, aucun navire n’a accosté outre ceux destinés aux exercices pour le personnel. Pourtant, tout est prêt pour que Kribi vienne porter main forte à un port de Douala surchargé. Là-bas, les délais peuvent s’étendre à plusieurs semaines.

 

Ce blocage inexpliqué l’est plus encore puisqu’il émane du gouvernement camerounais. La société hollandaise Smit Lamnaco a obtenu en février 2015 le contrat pour le remorquage et le lamanage et deux consortiums (Necotrans-KPMO et Bolloré-CMA CGM-CHEC) ont été recrutés dès août 2015. Tout est donc sur les rails depuis l’été 2015, mais le gouvernement tarde à donner son feu vert pour le début de l’exploitation du site.

 

Un non-sens économique qui a des conséquences bien réelles puisque les deux remorqueurs qui n’ont aucun travail depuis leur arrivée en 2014 vont devoir être envoyés en révision technique. N’étant pas utilisés, la crainte de voir des avaries se multiplier est très forte. Le gâchis est de taille pour ce port très moderne doté de deux terminaux pouvant accueillir respectivement 300 000 tonnes et de 1,2 million de tonnes par an. A quand une mise en service ?

Publié le 2 avril 2017 à 10 h 04 min par La Rédaction

Laisser un commentaire