Shell quitte le Gabon

Shell quitte le Gabon

Après cinquante-cinq années de présence au Gabon, l’entreprise Shell a décidé de quitter le pays pour se recentrer sur ses activités les plus profitables. Les actifs du groupes passeront sous le contrôle de Assala Energy entre juin et juillet 2017. Tous les employés de Shell travailleront pour la nouvelle structure. Le montant de la transaction est de 587 millions de dollars, soit près de 356 milliards de Fcfa.

 

Une page se tourne pour l’économie gabonaise. Le pays qui tire la majeure partie de ses revenus de l’exploitation d’hydrocarbures assiste au départ du géant Shell après plus d’un demi-siècle de développement dans le pays du perroquet gris. Par un communiqué de presse, le groupe anglo-néerlandais a annoncé une transaction de 587 millions de dollars avec Assala Energy, la filiale subsaharienne du groupe américain Carlyle. Par cet accord qui prendra effet cet été, à une date encore incertaine, Shell se désengage complètement du Gabon.

 

Andy Brown, le directeur exécutif du Groupe Shell en charge de l’exploration et de la production explique les raisons de ce départ : « Shell est très fière du bilan très positif que nous avons eu au Gabon au cours des 55 dernières années. La décision de cette vente n’a pas été prise à la légère, mais elle est en ligne avec la stratégie de Shell de concentrer nos activités là où nous pouvons être les plus compétitifs. Shell va continuer à poursuive des opportunités en Afrique subsaharienne ». L’opposition au président Ali Bongo commence à dire que ce départ n’est pas étranger à la cupidité du pouvoir et s’inquiète de voir une des plus puissantes entreprises mondiales quitter le pays.

 

Cet accord signe également la plus grosse opération pour Assala Energy. Le groupe acquiert ainsi toutes les infrastructures de Shell, lesquelles comprennent principalement cinq champs opérés (Rabi, Toucan/Robin, Gamba/lvinga, Koula/Damier, et Bende/M’bassou/Totou) et quatre participations dans des champs non exploités actuellement. Aucun salarié ne sera mis sur la touche, car le contrat entre les deux entreprises prévoit que tous les effectifs passeront sous le pavillon d’Assala Energy.

Publié le 30 mars 2017 à 10 h 00 min par La Rédaction

Laisser un commentaire