La Camrail pointée du doigt dans le déraillement de train à Eseka

La Camrail pointée du doigt dans le déraillement de train à Eseka

Le premier des quatre experts mandatés pour enquêter sur la catastrophe ferroviaire de d’Éséka conclut de la « responsabilité totale et entière » de la société ferroviaire Camrail (Groupe Bolloré), la société qui a affrété le train.

 

C’était en Octobre dernier. Un train surchargé desservant l’axe Yaoundé-Douala a déraillé, faisant plusieurs centaines de victimes. Le convoi était parti à 11h15 de Yaoundé, au lieu de 10h25 comme prévu initialement, avec 17 voitures au lieu de neuf (dont 13 pour lesquelles le freinage était défaillant). Les enquêtes préliminaires mete en cause ce « défaut de freinage » et la surcharge du convoi « en violation des capacités prescrites » (un second point que que conteste Camrail).

 

Le premier expert met ainsi en lumière la négligence de Camrail qui aurait largement contribué à l’accident. Or, cette dernière est possédée à 77% par le groupe français Bolloré. C’est donc à ce dernier qu’il faudrait, selon ce premier rapport, reprocher de ne pas avoir respecté les limites en termes de capacité et de poids devant l’augmentation exceptionnelle du nombre des passagers dû ce jour-là. De plus, la filiale « connaissait de graves dysfonctionnements dans 13 des 17 voitures » souligne le rapport.

Publié le 30 janvier 2017 à 15 h 39 min par La Rédaction

Laisser un commentaire